Complexe d’Œdipe

Complexe d’Œdipe

Le complexe d’Œdipe est une construction intellectuelle d’un célèbre suppôt d’Hippocrate, Sigmund Freud, qui a recyclé une vieille légende locale des Béotiens de la ville de Thèbes, en Grèce. Pour les autres habitants de la Grèce antique, les Béotiens pourraient se comparer aux Belges vus par les Français : des sujets à de mauvaises plaisanteries faciles. Cette légende contient une synthèse des transgressions les plus abominables : tuer son père et coucher avec sa mère.

Il faut juste prendre cette légende pour un avertissement, une mise en garde contre des tentations, de mauvais instincts.

Quand à l’éducation des enfants, il ne faut pas s’en faire des montagnes, au contraire de tous ces psychanalystes de bazar qui répandent leurs tissus de sottises dans Psychologie Magazine, ce dépotoir de la pensée. Ces gens-là créent des problèmes là où il n’y en a pas, dans le seul but de vous extorquer votre argent. Ils appliquent bêtement la maxime du Docteur Knock : tout bien-portant est un malade qui s’ignore. Ayant eu l’immense privilège d’éduquer avec succès deux rejetons, un gamin et une gamine, et sans recours à aucun charlatan freudien, jungien, ou lacanien, le Rabouilleur en a tiré une leçon de vie gratuite, pas chère et optimiste, qu’il peut partager avec ses lecteurs, mâles ou femelles.

L’éducation repose sur le bon vieux principe de la carotte et du bâton, ou du bon et du méchant flic, ou du Père fouettard et du bon Saint Nicolas.
Papa fait le Père fouettard et Maman joue Saint Nicolas.
Papa gronde et Maman console.
Ce jeu de rôles parfaitement stupide est néanmoins nécessaire à l’équilibre psychologique du rejeton, pour en faire un adulte résistant, qui ne va pas s’effondrer au premier obstacle rencontré sur sa route.

Bref, Maman a le beau rôle, et Papa n’en retire que des désagréments, mais c’est la loi du genre. Comme disait Margaret Thatcher, il n’y a pas d’alternative, sauf l’enfant-roi de la grand-mère Dolto. Le Rabouilleur vous le répète encore une fois :
Méfiez-vous des grands-mères !

Le but de l’éducation consiste dans l’autonomie et l’aguerrissement de votre progéniture à l’âge adulte, pour qu’elle ait une chance de survivre dans ce monde de brutes. Cet objectif nécessite bien quelques petits sacrifices à court terme, pour de grands bénéfices à long terme. Un financier dirait que la paternité a exactement le profil d’un bon investissement. Voilà pour la physiologie !

La physiologie étant connue, nous pouvons en déduire certaines situations pathologiques.
1/ Ni père, ni mère.
L’abdication de l’éducation par Papa et Maman qui confient l’éducation du lardon à la grand-mère, défectueuse par construction : c’est le cas du petit Micron.
2/ L’inversion des rôles
Maman gronde et Papa console : le rejeton finit avec la tête à l’envers, mais blindé, comme dans le roman Vipère au poing d’Hervé Bazin.
3/ La transgression des interdits
C’est la relation incestueuse. Et quand les bornes sont franchies, alors il n’y a plus de limites. Le petit Micron présente un cas intéressant de cumul de deux pathologies, puisque Brizitte est une seconde Maman.

Après cette vision sur l’éducation des enfants, une petite digression permettra d’étudier l’art et la manière de les fabriquer. Cette étude se limitera aux bonnes vieilles méthodes issues de la tradition, saine car éprouvée. Le Rabouilleur s’est guéri du progressisme en constatant les horreurs de certains docteurs Folamour modernes. Un excellent documentaire diffusé dans l’étrange lucarne a permis au Rabouilleur d’enrichir sa réflexion sur ce sujet brulant et intemporel.
Dans une vallée reculée de la chaine de l’Himalaya, un village se retrouve avec une petite jeune fille qui connait ses premières chaleurs.
Aussitôt, les grands-mères locales se saisissent de ce problème trivial, en publiant un appel à candidatures à destination des célibataires mâles du voisinage.
Les prétendants à la main de la jeune fille sont convoqués devant un jury de grands-mères himalayennes, jury chargé de choisir le reproducteur qui aura l’honneur, le plaisir et l’avantage de forniquer avec cette femelle, aux fins de perpétuer la race, sans la faire dégénérer.
Les prétendants convoqués sont alors invités à démontrer leurs talents devant le jury des grands-mères. Cette parade nuptiale des candidats donne lieu à force pantomimes, cabrioles et palabres, qui amusent beaucoup les villageois. Les distractions sont rares dans les vallées de l’Himalaya.
Ensuite, les grands-mères délibèrent :
Le numéro 1 est trop con.
Le numéro 2 est trop méchant.
Le numéro 3 est trop moche.
Le numéro 4 est trop maladif.
Le numéro 5 est trop fauché.
Donc, Gisquette se retrouve mariée avec le numéro 6.

Eurêka ! J’ai trouvé ! Je sais maintenant pourquoi ma grand-mère s’appelait Charlotte Darwin !

Le Prisonnier

Le numéro 6 alias Le Prisonnier

Publicités
Publié dans psy | Tagué , | 2 commentaires

Thérapie de choc

Thérapie de choc

Physique amusante

Le choc est une rencontre physique entre deux corps pourvus chacun d’une certaine masse, animés de vitesse différentes, et qui se percutent.

La Physique décrit bien le phénomène du choc, grâce à deux lois de conservation :
Conservation de la quantité de mouvement, soit la somme vectorielle des vitesses pondérées par les masses.
Conservation de l’énergie, dans ses deux formes, travail ou chaleur.

Voici un cas pratique de choc entre deux corps inertes dans le référentiel galiléen  d’une voie ferrée rectiligne, à savoir une chèvre Bretonne et un engin Lorrain. Les conditions initiales avant le choc sont les suivantes :

La chèvre Bretonne :
Masse : 70 kilogrammes toute mouillée, pour de très mauvaises raisons
Vitesse : 0 m/s

L’engin Lorrain :
Masse : 40 tonnes
Vitesse : 120 km/h en roue libre

A vous de déterminer la probabilité de survie de la chèvre après le choc !

chevre

Chèvre Bretonne

loco

Engin Lorrain

Pour les littéraires :
Il existe un précédent CATASTROPHIQUE au choc d’une chèvre Bretonne et d’un engin Lorrain.
Victor Hugo, né d’une mère Bretonne et d’un général Lorrain, Charles Léopold Sigisbert Hugo, né à Nancy, capitale de la Lorraine, le 15 novembre 1773. Victor Hugo, ce grand artiste, ne peut que hérisser le Grand Scientifique, car toute son œuvre, parmi tant d’autres, confirme ce principe intemporel, énoncé par le Rabouilleur, qui en tire une juste fierté :
La Vérité est laide, et l’Art est faux.
Ce principe conduit inéluctablement à la nécessaire dénaturation de la Représentation, fond de commerce de tous les Grands Prêtres.

Pour les scientifiques :
Avant le choc
Il faut convertir la vitesse exprimée en km/heure dans l’unité correspondante du SI, le m/s.
V1 := 120 km/h := 120,0 x 1.000 / 3.600 := 33,3334 m/s
Quantité de mouvement totale :
Le phénomène se passe dans une seule dimension, celle de la voie ferrée rectiligne.
Dans ces conditions, la somme vectorielle se traduit par une somme scalaire.
P := 70,0 x 0,0 + 40.000,0 x 33,3334 := 133.333,3 kg.m/s
Énergie totale :
Comme l’engin est en roue libre et la chèvre au repos, l’énergie totale est purement cinétique. Ensuite, la locomotive est composée de plusieurs solides : le châssis en translation et les roues en rotation et translation. Comme tout bon physicien, qui ne se prend pas la tête, on ne considérera que l’énergie cinétique de translation de l’ensemble.
E := 1/2 x 70,0 x (0,0^2) + 1/2 x 40.000,0 x (33,3334^2)

Publié dans sciences | Tagué | 6 commentaires

La méthode Micron dévoilée

La méthode Micron dévoilée

Le Rabouilleur s’est retrouvé président bénévole d’une association loi de 1901, à l’insu de son plein gré. Encore un cas d’abus de faiblesse sur une personne vulnérable.
Chaque année, il fallait organiser une assemblée générale, ou AG.
L’AG sert à dresser un bilan de l’exercice écoulé et à fixer des orientations futures.

Le déroulement d’une AG est immuable.

Dans un premier temps, certains membres du bureau présentent un rapport, moral (?) pour le président ou la présidente, et financier pour la trésorière ou le trésorier. Le trésorier est souvent une trésorière, car il faut convenir que les femmes sont plus expertes que les hommes en matière financière. Le bureau sollicite ensuite le quitus des adhérents sur sa plus ou moins saine gestion.
Dans un deuxième temps, les membres de l’association sont invités à exprimer leur avis sur la vie de l’association. Les adhérents déversent alors leur bile amère, et en profitent pour régler certains comptes inter-personnels, certaines personnes sournoises abusant honteusement de la situation. C’est la phase du grand débat, qui permet, en principe, d’évacuer les mauvaises humeurs : en principe, à la condition que le président pilote le débat de manière habile, sereine et sagace. Comme on peut s’en douter, ces trois qualités ne peuvent s’acquérir ni à l’ENA,  ni dans un obscur cours de théâtre d’une école de jésuites sournois, mais simplement à l’école de la Vie. Si Blaise Pascal attaquait ces fourbes de jésuites, il avait ses bonnes raisons, que le raison ne connait que trop.

Pour tenter de sortir de ces polémiques stériles, un appel à candidatures pour le nouveau bureau est lancé. Après l’élection du nouveau bureau, qui ressemble très fortement à l’ancien, à quelques changements cosmétiques près, le président demande aux membres d’émettre des propositions constructives.  Les propositions émanant de l’assemblée sont, en règle générale, chimériques ou irréalisables à court terme. Le président sort alors de son chapeau un agenda à peu près réaliste, préalablement élaboré par le bureau.

Les moutons de Panurge votent alors les propositions du président sans moufter, en suivant ce très beau formalisme démocratique
– Qui est contre ?
– Qui s’abstient ?
La proposition est adoptée à l’unanimité

Ite missa est.

Il existe une variante non canonique à ce scénario assez classique :
Les adhérents refusent le quitus à l’équipe sortante, et le bureau est entièrement renouvelé dans la foulée, sans préjuger des éventuelles suites judiciaires.
___________________________________________________________________________
Aparté sur le Brexit :

La sortie du Royaume-Uni de l’union Européenne alimente les gazettes, qui se répandent en articles anxiogènes, rédigés par la lie de cette corporation déshonorée depuis longtemps. Pauvre Theresa May ! Elle souffre beaucoup et a bien mérité de sa patrie pour jouer à la balle de ping-pong entre Londres et Bruxelles. Si les Britanniques alignent leurs relations avec leurs voisins sur le modèle de la Norvège ou de la Suisse, on ne voit pas de difficultés structurelles pour la France, économiquement ou politiquement. Paris et Londres pourront discuter d’égal à égal, sans passer par la case Bruxelles. La Norvège n’a pas commis l’erreur de rejoindre l’Empire de Schengen. Elle ne semble pas s’en porter plus mal.

Shiva

Shiva, le Grand Destructeur

Publié dans politique | Tagué | 2 commentaires

La Maintenon

La Maintenon

Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, a laissé des Mémoires sur la fin du règne de Louis XIV et sur la Régence de Philippe d’Orléans.
On y trouve des portraits de tous les personnages qui ont fait l’histoire de France, même les plus insignifiants, sauf sur une seule personne, la Maintenon, seconde épouse morganatique de Louis XIV, aussi connue comme la veuve :. :. :. :. :. Scarron.
Il est des silences éloquents.
Et on peut légitimement s’interroger sur les raisons d’un tel silence.
Saint-Simon, d’ordinaire si disert, ne relate pas l’entretien qu’il eut avec la Maintenon dans une période critique de son existence.
En effet, il était dans le collimateur du roi, qui lui reprochait d’avoir la langue trop bien pendue. Vous parlez trop, voilà ce que lui dit le grand monarque.

Les nombreux et bien avisés amis du duc lui expliquèrent qu’il n’y avait qu’un seul remède à sa situation fort compromise :
Aller plaider sa cause chez la Maintenon.
Ce qu’il fit, mais sans relater aucun détail de cette entrevue capitale.

Encore un mystère !

Le beau-frère de Saint-Simon était le duc de Lauzun, très créatif, très sarcastique et très incorrigible farceur. Voici son portrait officiel

Le duc de Lauzun

Le duc de Lauzun

Publié dans littérature, politique | Tagué , | Laisser un commentaire

Logos (suite)

Logos (suite)

Le précédent billet a produit une réaction, nocive, dans l’Univers restreint des mutins de Panurge, à savoir le site Internet de RTL.

Le petit Micron
Le petit Micron

Reprenant la symbolique de la main qui guérit, ou pas, les marionnettistes projettent une image, ou une icône du petit Micron, en thaumaturge, ou guérisseur, image RISIBLE, pour toutes ces bonnes raisons objectives et vérifiées :
Il ne sait pas voir.
Il ne sait pas analyser.
Il ne possède pas de solides connaissances, car incapable  d’entrer à l’ENS.

Et il prétend guérir les maux de notre chère et vieille France !

Dans quel monde vivons-nous ?

Un monde contradictoire que le Rabouilleur se plait à observer depuis sa tour d’ivoire, localisée à Pise, cité où le célèbre Galileo Galilei fit des expériences sur la chute des corps.

Tour d"ivoire

Tour d »ivoire

 

Publié dans politique | Tagué , | 3 commentaires

Gastronomie Lorraine

Gastronomie Lorraine

Le psychothérapeute parisien sur son blog a ridiculisé la gastronomie Lorraine avec sa grotesque croutonnade faouine, sorte de gloubi-boulga indigeste prétendument inventé par des dégénérés de Foug (54), vivant dans une réserve de bons sauvages, oubliés de Dieu, de Jean-Jacques et des hommes. Cette pure intox d’un esprit malveillant et parisien constitue une atteinte caractérisée à l’identité Lorraine, ainsi qu’un préjudice moral et matériel porté aux authentiques traditions culinaires de cette magnifique région, réunion des duchés de Lorraine et de Bar, et des Trois-Évêchés de Metz, Toul et Verdun.

Au lieu de nager dans des délires superficiels pour nourrir avec des simulacres (ou fakes) son lectorat de crédules, troupeau de brebis égarées dans la jungle des villes, le psy aurait mieux fait de plonger dans la vraie tradition de ce terroir. Il va se prendre la foudre sur sa faible tête pour la punition de ses péchés, mais il n’avait qu’à pas naitre sous les auspices maléfiques du Capricorne, signe du mauvais karma. Homme de peu de foi, il connaitra le destin de Moise : il mourra avant d’atteindre la Terre Promise. Tel est l’effet du mauvais karma !

foudre

foudre

Le moment est maintenant venu de rétablir la VÉRITÉ sur les apports décisifs de la Lorraine à la gastronomie Franchouillarde. Le Rabouilleur va donc déployer ses incommensurables talents pour promouvoir les trésors de la gastronomie Lorraine, tels que :

  • La quiche Lorraine (non, il ne sera pas question de Marie-Ségolène Royal !)
  • Le pâté Lorrain.
  • La potée Lorraine.
  • Les macarons de Nancy, recette des Dames du Saint-Sacrement, imités dans le monde entier.
  • La madeleine de Commercy, popularisée chez les intellos par cette chiffe-molle de Marcel Proust.
  • La tarte à la mirabelle, ou aux quetsches
  • La confiture de myrtilles sauvages des Vosges, quintessence d’anti-oxydants.
  • L’eau-de-vie de mirabelle, et de quetsche, à consommer avec beaucoup de modération.

Décharge juridique : le Rabouilleur n’est corrompu par aucun organisme public, ou firme commerciale, ou particulier, qui trouverait dans cet argumentaire un quelconque avantage économique. Néanmoins, si un des lecteurs de ce blog remarquable pouvait renseigner l’auteur sur l’art et la manière de mettre en place un compte Paypal anonyme pour recueillir les dons désintéressés, qu’il n’hésite pas à laisser un commentaire !

Quiche Lorraine

Quiche Lorraine

Voici la recette canonique de la quiche Lorraine, telle que décrite par dame Ginette (Mathiot) dans son Grand Œuvre :. :. : je sais cuisiner.
Ingrédients :
200 g de pâte brisée
125 g de lard fumé
50 centilitres (soit un demi- litre) de crème fraiche
4 œufs
Sel et poivre

Le mode opératoire :
Préchauffer votre four à thermostat 6.
Comme le Rabouilleur l’a découvert tardivement, le thermostat 6 correspond à une température de 6 x 30°C soit 180°C.
Mettre la pâte brisée dans une tourtière à fond non mobile.
Piquer la pâte de petits morceaux de lard coupés en dés.
Dans un récipient, battre les œufs entiers comme pour pour une omelette, ajouter la crème fraiche, assaisonner.
Verser cette préparation sur la pâte.
Mettre à four chaud et faire cuire 40 minutes.

Le point de vue du diététicien :
La quiche Lorraine est un met gouteux validé par la Tradition locale qui contient des protides, des glucides et des lipides. Cet aliment présente donc un bon équilibre nutritionnel, à part un déficit notable en fibres, qui peut être conjuré par une bonne petite salade verte.

Le point de vue du végétarien :
La quiche Lorraine contient du lard, qui provient de notre cousin, le porc. Le végétarien remplacera les lardons par des champignons de Paris. Abracadabra, et la quiche Lorraine devient végétarienne.

Le point de vue de l’imam :
La quiche Lorraine contient du lard, qui provient de cette créature maudite, le porc. Le bon musulman remplacera les lardons par des champignons de Paris. Abracadabra, et la quiche Lorraine devient hallal.

Le point de vue du cosmopolite :
La consommation de la quiche Lorraine implique un refus du métissage et de la mondialisation heureuse. Il faut combattre cette recette rétrograde, par le métissage des cultures Lorraine et Corse, dans la quiche aux épinards et au brocciu, spécialité fromagère Corse à base de lait de brebis.

Dans ce blog, il y a vraiment à boire et à manger.

Publié dans actualité | Tagué | 2 commentaires

Saint Nicolas, patron de la Lorraine

Saint Nicolas

Saint Nicolas

Saint Nicolas, patron de la Lorraine

En ce 6 décembre, nous célébrons la Saint Nicolas, patron des Lorrains.

Saint Nicolas accomplit un miracle en ressuscitant trois garnements.
N’en déplaise aux francs-macs:., Saint Nicolas est donc plus puissant qu’Isis qui ne réussit qu’à ressusciter son époux Osiris, car 3 sera toujours supérieur à 1.

Deux illustres Lorrains, une femme et un homme, pour respecter la parité, et deux militaires pour déplaire aux bobos antimilitaristes : Jeanne d’Arc, née vers 1412 à Domrémy,  et Henri Poincaré, né en 1854 à Nancy
jeanne_d_arcpoincare

Vive la Lorraine !

Armoiries de la Lorraine

Armoiries de la Lorraine

Publié dans actualité, psy | Tagué , | Laisser un commentaire

Évolution des machines

Machine calculatrice de Blaise Pascal

Calculatrice de Blaise Pascal

Évolution des machines

La machine est juste un outil très, très évolué.
Un des premiers outils créés par l’homme est vraisemblablement le filet du pécheur ou le collet du chasseur-cueilleur.
Moyennant une ficelle, un de nos ancêtres, plus malin que les autres, a réussi à piéger des lapins sans trop se fatiguer.
Le progrès technique était lancé, et rien n’allait l’arrêter.

Au 21éme siècle, l’homme a tellement perfectionné le procédé que nous avons des machines qui peuvent souder, peindre, faire des calculs très compliqués pour prédire la météo, ou l’avenir des valeurs boursières, et bien sûr, fliquer et manipuler les individus via Facebook, rêve ultime de tous les dirigeants, passés, présents et futurs.

Le Rabouilleur pourrait faire un exposé sur les moteurs et conséquences du machinisme, sous les angles techniques, économiques et sociaux, ce qui serait très instructif.
Il pourrait aussi faire un exposé sur la construction et l’architecture des logiciels, composants essentiels des machines modernes, car il a étudié le sujet en profondeur, en vrai professionnel. Et un bel algorithme est presque toujours un algorithme efficace !

Mais tel n’est pas son bon plaisir !

Son bon plaisir est d’observer les délires des néo-féministes sur le thème de la sorcellerie, thème porteur sur la Toile, où s’agite une armada de pétasses qui prétendent soigner le mal-être de leurs consœurs par les cristaux, les tarots, le développement personnel, la gymnastique, la fusion avec le Cosmos, l’équilibre du yin et du yang, la recette du bonheur en 10 ou 33 leçons, la sexualité sans risques, l’harmonie d’une chair faible avec un esprit plus faible encore, la cure de l’éternelle jouvence, et autres fariboles, dignes de la balance des quatre humeurs de ce vieil Hippocrate.

Quelle rigolade ! et gratuite en plus !

On rigole bien aussi en parcourant Madame Figaro qui nous dévoile les trois grands secrets de la médecine ayurvédique, à savoir une nourriture saine, un bon sommeil et une sexualité épanouissante. Et dire que la Civilisation Occidentale ignorait ses grands principes orientaux ! Évidemment, les choses se compliquent un peu plus quand il s’agit de mettre les principes en application. Pour les insomnies, Madame Figaro ne dit pas si elle préconise l’infusion de camomille ou les benzodiazépines, voire les deux ensemble. Mais alors, gare aux interactions ! Rien n’est simple, tout se complique ! Et si vous expliquez posément à Madame Figaro qu’elle enfonce des portes ouvertes, cette stupide femelle se mettra à pleurnicher que vous dénigrez son travail novateur pour des raisons odieusement sexistes, et à jouer à la victime du patriarcat oppresseur. Quant à Giacomo Casanova, grand mangeur, gros dormeur et vigoureux amoureux, il ressemblait à Monsieur Jourdain : il faisait de l’ayurveda sans le savoir. Quelle belle intuition, chez ce sympathique Vénitien !

Le stade ultime de la rigolade se trouve dans la série Yankee intitulée Charmed, ou Ensorcelé(e) en bon Français, où vous observez trois femelles qui incarnent chacune un des trois aspects de la personnalité humaine : la sensuelle, la sentimentale et l’intellectuelle. Cette série s’inscrit dans la vieille tradition du néo-paganisme Anglo-saxon, avec comme figure de proue la sorcière,  guérisseuse à la fois bienveillante et inquiétante, car aussi timbrée et irrationnelle que la gauchiste George Sand. Bref, le Logos n’a pas droit de cité, et, en même temps, l’empirisme le plus total s’impose comme solution UNIQUE à TOUS les problèmes.
Ces trois femelles appliquent bêtement de vieilles recettes, tirées du Livre, sorte d’immonde grimoire légué par une grand-mère éminemment suspecte. Cette abjecte grand-mère Yankee ne peut nullement se comparer à l’illustre Ginette Mathiot, providence des ménagères et des célibataires endurcis, célèbre conservatrice du patrimoine culinaire Français dans son livre culte : je sais cuisiner, vendu à plus de 5 millions d’exemplaires, et disponible en 2018, pour le prix dérisoire de 7,10 euros. Comme disait une des grand-mères du Rabouilleur : « le chemin du cœur de l’homme passe par son estomac« .  Erreur anatomique, mais vérité psychologique ! Cette pauvre grand-mère connut malheureusement une fin de vie assez triste, s’étant empoisonnée par de mauvais médicaments. A cette époque, assez tragiquement, les Grands Scientifiques n’avaient pas encore assez d’éléments pour faire le tri entre le bon grain et l’ivraie de toutes ces potions empiriques concoctées par monsieur Homais, par le dangereux, cupide et Berrichon suppôt d’Hippocrate Jacques Servier, ou par d’autres apprentis-sorciers du même acabit.  L’ignorance n’est PAS une force ! Merci Orwell !

Tous les épisodes de la série Charmed suivent le même canevas : la trame narrative repose sur les errements de ces trois pimbêches qui cherchent un remède dans le Livre et ne savent pas si elles doivent appliquer la clause 18 ou la clause 29, voire l’annexe technique numéro 5, comme le feraient des juristes.
Malheureusement pour elles, le droit et la biologie humaine ont peu de points communs : la médecine peut se décliner en traitements préventif, curatif ou symptomatique, après un bon diagnostic, ce qui n’est pas à la portée de tous les suppôts d’Hippocrate, loin s’en faut, alors que le droit ne contient qu’une liste de châtiments proportionnés à un crime, depuis le célèbre Code de Hammurabi. Cependant, Casanova, dans ses Mémoires, soutient que les médecins et les avocats appartiennent à deux professions qui se ressemblent et qu’il faudrait supprimer. D’après lui, les avocats ruinent leurs clients plus souvent qu’ils ne les enrichissent dans d’interminables procès , et les médecins tuent plus de patients qu’ils n’en sauvent. A chacun d’en douter ou d’en juger ! Mais, comme l’avocature et la médecine se féminisent à grande vitesse, la sinistre conjecture du Vénitien se crédibilise de plus en plus. En vérité, je vous le dis :

qui voudrait de Marlène Schiappa comme avocate ou comme guérisseuse ?

Dans cette propagande Yankee de la série Charmed, les mâles sont bien sûr réduits à l’état de faire-valoir totalement émasculés, ou d’abominables psychopathes dénués de tout sens moral, donc, soit des niais, soit des salauds, comme dans Les liaisons dangereuses. Ce manichéisme stupide et typiquement féminin se dépasse facilement en suivant Nietzsche qui nous conseille de vivre par delà le bien et le mal.
En conclusion : une autre niaiserie pour la promotion insidieuse du matriarcat !

Le matriarcat est une combine foireuse qui ne fonctionne JAMAIS, et pour preuve irréfutable la carrière de Jules Mazarin, illustre natif du Cancer (1602-1661), bien obligé de piloter cette cruche d’Anne d’Autriche, belle, sensuelle, bigote, impérieuse, susceptible,  et terriblement limitée dans l’intellect. Mazarin, faux prêtre et vrai militaire, détestait le droit, à bon droit. Il dut néanmoins s’atteler à la rédaction de la Paix des Pyrénées, qu’il arracha aux Espagnols, en les enfumant par un épais brouillard juridique.
Dans la vie, on ne fait pas ce qu’on veut, mais ce qu’on peut !

Le complot vous observe !

Publié dans économie, sciences | Tagué , | Laisser un commentaire

Les Trois Pouvoirs

zeus

Statue grecque

Les Trois Pouvoirs

La théorie de Montesquieu sur les trois pouvoirs, exécutif, législatif et judiciaire, ne correspond pas totalement à la réalité de l’exercice de la politique. En effet, après examen, les trois vrais pouvoirs sont l’exécutif, le judiciaire et le magistère moral, soit les figures du flic, du juge et du prédicateur. Mais le Rabouilleur n’a aucunement envie d’élaborer un discours sur ce sujet, car cela lui rapporterait zéro rouble et zéro kopeck, comme toujours !
Pour de plus amples précisions, consultez l’article Jugeons les juges et son mot de la fin.

Vous pouvez également lire Le bucher des vanités du génial Tom Wolfe, titre inspiré par le prédicateur florentin Savonarole,  et méditer sur sa grandiose scène finale, où un prédicateur Afro-américain lance ses troupes contre un juge Juif, qui se trouve obligé d’opérer un repli stratégique devant la horde déchainée. Le film d’Hollywood, tiré du roman, a délibérément modifié la fin tragique du livre, et sombre dans une dégoutante et ignoble mièvrerie, très politiquement correcte.

Sur l’appropriation culturelle :
Le Rabouilleur s’est approprié avec beaucoup de PLAISIR, l’héritage d’Aristote et de Carl Friedrich Gauss, alors qu’il n’est ni Grec, ni Teuton, mais un fier Lorrain.
Honni soit, qui mal y pense !

Sur l’héritage de Montesquieu :
Montesquieu a repris le vieux thème romain du Paysan du Danube dans son roman épistolaire des Lettres Persanes, qui traite, ni plus ni moins, du fameux Choc des Civilisations, cher à Samuel Huntington. D’ignobles Yankees ont décalqué le roman de Montesquieu dans une copro-duction cinématographique, intitulée Borat, où la Perse est remplacée par le Kazakhstan, et Paris par New-York. Ce film est d’une insupportable vulgarité et grossièreté, bien conformes aux us et coutumes d’Outre-Atlantique, et loin, loin de la finesse de Montesquieu. Avec la vilaine histoire du crapuleux docteur Robert Gallo, pillant sans vergogne les travaux du Français Luc Montagnier dans la virologie du VIH, on le savait déjà que les Yankees sont d’infects et stériles plagiaires. Si vous êtes un littéraire, vous noterez le bel oxymore lié à la tension dialectique entre stérile et infect. Si vous êtes un complotiste, vous noterez que ce méprisable suppôt d’Hippocrate de Gallo a finalisé son cursus à Chicago, haut-lieu du satanisme.

Publié dans politique, psy | Tagué , , | Laisser un commentaire

Le temps de l’action

Passage de la Mer Rouge

Passage de la Mer Rouge

Le temps de l’action

M. Charles Gave, brillant économiste, avait sonné le tocsin dans sa chronique du 17 septembre 2018, sur son site de l’institut des libertés, avec un billet intitulé « France, réponds à ma triste querelle ! ».
Pour M. Gave, après le temps de la réflexion, vient nécessairement le temps de l’Action.
Aussi, il a décidé de mettre les mains dans le cambouis de la politique, et il a bien raison, concernant les prochaines élections pour la très malsaine Union Européenne.

Dans cet éditorial bien inspiré, il expliquait sa volonté de descendre dans l’arène politique aux cotés de Nicolas Dupont-Aignan.
Son choix est éminemment rationnel et sympathique.
Entre la peste mondialiste du macronisme et son faire-valoir, le choléra lepeniste et stérile de la déménageuse bretonne qui ne cesse de vociférer sans proposer aucune solution réaliste aux maux dont souffre la France, il a choisi une troisième voie. Choix du cœur comme de la raison.

Dans ces conditions, le Rabouilleur ne peut que souscrire à ce noble dessein, et il ressortira à cette occasion sa carte d’électeur pour tenter de peser, avec d’autres Français, sur le cours de l’Histoire.

Évidemment, les réflexions fort pertinentes et bien argumentées de M. Gave ne pouvaient que lui attirer des ennuis, des pressions et des menaces. Aussi le billet litigieux à prestement disparu du paysage Internet. La réponse à la triste querelle ne s’est pas faite attendre : 24 heures chrono ont suffi pour apporter à M. Gave l’accusé de réception, sans doute via un petit factotum fait de la même farine que le sbire Benalla.
Le Rabouilleur souhaite longue vie à M. Gave.

La lutte continue !

_______________________________________________________________________________
Note sur l’illustration du Passage de la Mer Rouge :
Il y a un tunnel, avec une lumière au bout. Mais le prophète tourne le dos à la lumière, pour mieux avancer. Comprenne qui pourra !

Publié dans politique | Tagué , , | Laisser un commentaire