Récréation

Arcane 11 : La force
Arcane 11 : une bonne carte

Récréation

Dans la rubrique inépuisable du savoir inutile, le Rabouilleur vous propose une récréation mathématique avec la réponse à cette question des superstitieux :
Combien peut-on trouver de vendredis 13 dans une année ?

Cette question a été posée dans une Olympiade de mathématiques, et la solution du problème peut servir à détecter les dons en algèbre et en logique chez les participants.

Avant de partir sur une solution générale, il faut toujours commencer par étudier un ou plusieurs cas particuliers simples. Le cas particulier le plus simple consiste à supposer que le 13 janvier est un vendredi et à calculer le nombre de vendredis 13 dans les mois suivants. C’est un exemple de raisonnement hypothético-déductif. A savoir, que vous faites une hypothèse simple, et ensuite vous essayez d’en tirer des déductions par un raisonnement logique.

Appelons J le numéro d’un jour de l’année : J sera compris entre 1 et 365 pour une année non bissextile, et entre 1 et 366 pour une année bissextile.

Pour trouver le prochain vendredi 13 de l’année, il faut et il suffit que ce jour numéro J soit situé à un nombre entier de semaines du 13 janvier.
Exprimé par l’algèbre, il faut et il suffit que (J – 13) soit un multiple de 7.
Ce qui signifie que le reste de (J – 13) dans la division par 7 sera de zéro.
Ce qui est équivalent à dire que :
J et 13 auront le même reste dans la division par 7, soit le nombre 6.
Ou que J et 13 sont égaux modulo 7, pour les matheux.
Vous n’avez pas encore la solution du problème, aussi vous allez user d’une méthode bestiale, ou méthode de la force brute.
Un bon matheux ne doit pas répugner devant l’emploi de la Force !
Dans tous les mois de l’année, quel est le nombre J ou quantième du 13e jour du mois ? La réponse est la suivante.

Pour une année non bissextile comme 2019 :
Janvier : 13
Février : 44
Mars : 72
Avril : 103
Mai : 133
Juin : 164
Juillet : 194
Aout : 225
Septembre : 256
Octobre : 286
Novembre : 317
Décembre : 347

Pour une année bissextile comme 2020 :
Il suffit d’ajouter 1 à partir du mois de mars aux nombres précédents.
Janvier : 13
Février : 44
Mars : 73
Avril : 104
Mai : 134
Juin : 165
Juillet : 195
Aout : 226
Septembre : 257
Octobre : 287
Novembre : 318
Décembre : 348

Maintenant, il faut calculer le reste des quantièmes J dans la division par 7, ce qui donne :
Pour une année non bissextile comme 2019 :
Janvier : 6
Février : 2
Mars : 2
Avril : 5
Mai : 0
Juin : 3
Juillet : 5
Aout : 1
Septembre : 4
Octobre : 6
Novembre : 2
Décembre : 4

Pour une année bissextile comme 2020 :
Il suffit d’ajouter 1 à partir du mois de mars aux nombres précédents.
Janvier : 6
Février : 2
Mars : 3
Avril : 6
Mai : 1
Juin : 4
Juillet : 6
Aout : 2
Septembre : 5
Octobre : 0
Novembre : 3
Décembre : 5

Les mois qui conviennent sont ceux qui ont le même reste, soit 6, que le mois de janvier.
Donc, si le 13 janvier tombe un vendredi, alors,
– dans une année non bissextile, seul le 13 octobre tombera aussi un vendredi. Il y aura donc deux vendredis 13 dans l’année.
– dans une année bissextile, les 13 avril et juillet tomberont aussi un vendredi. Il y aura donc trois vendredis 13 dans l’année.

Maintenant, il ne reste plus qu’à généraliser en procédant par induction, et en utilisant les calculs déjà effectués.

Il faut, et il suffit de compter les jours J qui ont le même reste dans la division par 7.
Pour une année non bissextile :
Le reste le plus fréquent, 2, vient pour février, mars et novembre, avec 3 occurrences.
Pour une année bissextile :
Le reste le plus fréquent, 6, vient pour janvier, avril et juillet, avec 3 occurrences.

En comptant les occurrences des autres restes, vous trouverez qu’il existe au minimum un, ou deux, et au maximum trois vendredis 13 dans une année, bissextile au non.

Mine de rien, si vous ne vous êtes pas perdu en route, vous avez suivi une démarche exemplaire de la méthode scientifique.
Dans une première phase exploratoire, vous commencez par un raisonnement hypothético-déductif sur un cas particulier le plus simple possible.
Avec le résultat de la première phase, vous pouvez passer à une phase inductive, en généralisant et enrichissant la démarche suivie dans le cas particulier.
Vive le Gai Savoir !

L'instit Raffesthain terrassant l'Obsurcantisme

Publié dans sciences | Tagué , | 2 commentaires

Coco-virus

hadoque

Petit calcul rassurant

La famille des coronavirus est une famille de virus qui existent depuis belle lurette, au moins. Tous les virus possèdent la particularité de muter ou de se recombiner dans des hôtes, créant une nouvelle souche. La nouvelle souche de coronavirus ayant pris naissance en 2019 chez les communistes Chinois, le Rabouilleur a décidé de nommer cette souche mutante le coco-virus, car tel est son bon plaisir.

Pour vous rassurer sur le coco-virus, le Rabouilleur a fait le calcul suivant avec les chiffres des Russes, en date de mi-mai 2020.

Épidémie: le taux de morbidité en Russie a ralenti, selon le Premier ministre du pays
https://fr.sputniknews.com/russie/202005181043800291-epidemie-le-taux-de-morbidite-en-russie-a-ralenti-selon-le-premier-ministre-du-pays/
Le bilan en Russie fait état de 290.678 cas confirmés et 2.722 morts, selon les chiffres de la cellule de crise. Un esprit rigoureux pourrait questionner la validité de ces statistiques, pour cause de possibles faux positifs ou faux négatifs dans les tests, et  aussi à cause des facteurs de comorbidité. Soit, en clair, l’issue fatale peut résulter de plusieurs causes concomitantes, et non du seul coco-virus. Néanmoins, ces statistiques officielles donnent un ordre de grandeur assez fiable de la diffusion et de la gravité de l’épidémie.
Sachant que 80% des gens infectés par le coco-virus sont asymptomatiques et ne consultent pas de médecins, et ne sont donc pas testés, il faut multiplier le nombre de cas détectés par 5, pour obtenir le nombre de personnes réellement infectées.

Nombre réel de personnes infectées := 290.678 x 5 := 1.453.390

Taux de mortalité := 2.722 /1.453.390 := 2 pour 1000.

C’est le même taux de mortalité que celui constaté en Islande, pays bien isolé des contaminations externes.
C’est juste le taux d’une grippe saisonnière un peu costaude.
Rien de plus et rien de moins.
Cette maladie contagieuse frappe en priorité les personnes âgées de plus de 70 ans, les diabétiques, les obèses, et les mâles, car ce virus est odieusement sexiste. Donc, pas de panique !

Voilà comment on fait de la vraie science !
Mais la question essentielle reste ouverte, mon cher Watson :
A qui profite le crime d’affoler les populations ?

Il faudrait poser la question à l’odieux Micron, et à ses méprisables soutiens des loges massoniks:. et sataniques ! Mais, vu l’ampleur planétaire de cette manipulation, l’odieux Micron ne représente qu’une risible marionnette d’un très vaste COMPLOT, mon cher Watson !
La plus grande ruse de Satan est de vous persuader qu’il n’existe pas. Les psychologues Yankees appellent cette ruse satanique dans leur jargon :
le gas-lighting.
Et nous attendons incessamment que les cousins Québecois trouvent un équivalent en bon Français, l’Académie Française ayant failli depuis longtemps dans la mission que lui avait assignée le Cardinal de Richelieu : combattre les soft-powers étrangers ! Au Grand Siècle, l’Espagne, et aujourd’hui, l’Anglo-Saxonie. Mais, avec une femme à la tête de cette compagnie, c’est le contraire qui aurait été étonnant. Tôt ou tard, Richelieu reviendra !

terminator

Richard Feynman, Prix Nobel de physique (1965), utilisait une astuce du même genre pour valider les capacités de ses éventuels apprentis. Il réunissait les candidats dans une salle, avec pour chacun un annuaire téléphonique des professionnels, les fameuses pages jaunes, de la ville de New-York.
Ensuite, il disait aux apprentis physiciens :
Avec cet annuaire, je vous demande de déterminer le nombre de pianos dans la Nouvelle-York.

L’astuce était la suivante :
Il existait une rubrique professionnelle pour les accordeurs de pianos.
Connaissant le nombre d’accordeurs de pianos, et moyennant quelques hypothèses simples et raisonnables sur leur cadence de travail, vous en déduirez LOGIQUEMENT, avec une marge d’erreur satisfaisante, l’ordre de grandeur du nombre de pianos : ni 1,000, ni 10,000, mais plutot entre 4,000 et 6,000. Et le physicien sera content !
Brillant !

Mais attention !
La logique ressemble au bilboquet :
si vous n’êtes pas doué(e), vous allez vous faire du mal.

Emanuel_Wynne

Publié dans politique, psy, sciences | Tagué , | Laisser un commentaire

Millions

Zeus - lanceur de foudre

Jeu télévisé de culture générale : Qui veut gagner des millions ?
Animé par Jean-Paul B., un célèbre Marseillais.

Jean-Paul B :
Voici la question à 1 million d’euros !
Qui a dit : J’aime Platon, mais j’aime encore mieux la vérité ?
Quatre possibilités s’offrent à vous :
Gérald Darmanin, Roselyne Bachelot, Aristote, ou Marlène Scarpa.
Le candidat :
C’est une question très difficile. Je vois trois célébrités et un illustre inconnu, deux femmes et deux hommes, ce qui respecte la parité, mais je reste perplexe.
Jean-Paul B :
Il vous reste un joker et vous pouvez appeler un ami.
Le candidat :
Je n’ai pas d’ami.
Jean-Paul B :
Comme c’est dommage ! Mais, avec un million d’euros, vous pourrez certainement vous acheter des amis ! On me dit dans l’oreillette qu’il y a des soldes chez les chaudasses de Mehun-sur-Yèvre qui s’ennuient dans le Berry profond et qui veulent se faire de nouveaux amis pour pas cher.

Le candidat :
Je choisis Aristote que je ne connais pas, par élimination. Les trois autres sont vraiment trop cons, et surtout, ils n’aiment pas la vérité !

Jean-Paul B :
C’est votre dernier mot ?
Le candidat :
C’est mon dernier mot, Jean-Paul !

missile_2

 

Feu sur les mauvais apprentis-sorciers !

 

Publié dans Berry, psy | Tagué | 2 commentaires

Western Civ

Dilbert
Civilisation Occidentale

Reprise d’un ancien billet publié initialement le 6 août 2018 et encore plus d’actualité en juillet 2020.
En deux ans, les choses n’ont fait qu’empirer en France, avec l’importation illégale de stratégies marxistes en vogue aux USA, stratégies reposant toutes sur le vieux fantasme de la tabula rasa, ou table rase, ou lavage de cerveau.
Cette importation illégale se fait par des contrebandiers, reconnaissables par le grand public Français à leur passé de Young Leader chez les Yankees. Ces contrebandiers finiront pris et pendus, selon la juste et saine coutume instaurée en France par Louis XIII, sur la recommandation du Cardinal de Richelieu !
richelieu

Asinus asinum fricat
L’âne frotte l’âne

Super-Prof, alias JPB de Marseille, pousse un nouveau coup de gueule salutaire contre le Politiquement Correct dans son célèbre blog Bonnet d’Âne.
Pour abonder dans son sens, le Rabouilleur dira que les causes premières de la catastrophe culturelle occidentale sont très anciennes.
En effet, le Rabouilleur a vécu personnellement dans une très prestigieuse, et très ruineuse, université Ricaine, lieu de reproduction des élites autoproclamées, les prémices du désastre à venir.
Il y avait déjà, au début des années quatre-vingt du défunt 20e siècle, un mouvement gauchiste de contestation du caractère obligatoire des cours de Civilisation Occidentale (Western Civ).
D’après tous ces gauchistes, pas besoin de Socrate, Aristote, Démocrite, Galilée, Descartes, Newton, Leibniz, Hobbes, Locke, et Burke pour comprendre le Monde.
Tous ces vieux mâles blancs et morts : quelle horreur !
Surtout pour ces archi-connes de néo-féministes ! Les mêmes qui veulent nous faire croire à l’existence d’un impossible matrimoine ! A part les confitures, la couture et la broderie, on ne voit pas bien en quoi consiste le matrimoine. Même Marie Curie ne fut que l’exécutante zélée de son mari, le grand Pierre Curie !
Le Rabouilleur a subi à cette occasion toute une logorrhée pesante, et proprement insupportable, sur la dénonciation de l’ethnocentrisme, porte ouverte à tous les vents mauvais (et puants) du relativisme. Mais cette exposition précoce à la décadence états-unienne agit à la manière d’un vaccin sur le métabolisme du Rabouilleur, en suscitant une vive réaction contre cet abominable pays, fondé par tous les rebuts de la Grande-Bretagne : fanatiques religieux, prostituées et gibiers de potence en tous genres !

Beaucoup plus tard, le grand romancier Tom Wolfe a bien décrit la pourriture intellectuelle des universités de son pays dans son roman Moi, Charlotte Simmons, (2004), à lire ou à relire. Charlotte Simmons, jeune groupie naive deviendra-t-elle une ménagère Yankee désabusée ? Vous le saurez en lisant ce parcours initiatique ! Trois ou quatre ans d’immersion totale furent nécessaires à l’écrivain pour amasser la matière première de son Grand Œuvre, pour parler comme les francs-macs:.
Les Belles-Lettres, c’est du vrai boulot, mine de rien !

A cette occasion, le Rabouilleur souhaite revaloriser l’âne, asinus en latin, bel et robuste animal, injustement décrié comme un exemple de sottise. C’est grossièrement FAUX !

Pour participer à la promotion de l’âne, de l’égalité entre les sexes, et à la culture du peuple, le Rabouilleur revisite l’âne de Buridan, en vous livrant une version féministe de ce célèbre dilemme filozofik : l’ânesse de Buridan !

L’ânesse de Buridan

L’ânesse de Buridan

Publié dans actualité, politique | Tagué , , | Laisser un commentaire

Dakota

dakota

Aéronautique – suite

Le DC3-Dakota, digressions au sujet d’un avion mythique

L’histoire du Dakota, avion de légende, conçu et réalisé par la société Douglas, également l’avion le plus produit dans l’histoire de l’aéronautique, devrait être enseignée dans les écoles de guerre, d’ingénieurs, de commerciaux et de filozofie.
En effet, cet avion a permis de briser le blocus de Berlin imposé par les Soviets en 1948-49. Il fut aussi une réussite commerciale, et un optimum technique, ce qui prouvera que le progrès connait des limites physiques indépassables.

Pour l’école de guerre, il convient de dire que le Dakota reproduit la leçon stratégique des taxis de la Marne : quand vous ne trouvez pas le bon outil logistique dans le domaine militaire, il ne vous reste plus qu’à militariser des outils civils. Quand les militaires manquent d’acier, ils font à l’inverse du prophète Michée : ils fondent les socs de charrue pour en faire des épées. Nécessité fait loi.
Pour les ingénieurs, la conception du Dakota illustre une synthèse brillante de la mécanique des fluides, de la résistance des matériaux, d’une motorisation efficace, et d’une organisation rigoureuse de la production, à une époque où l’informatique ne provoquait pas de désastres. Les ingénieurs-concepteurs du Dakota n’utilisaient pas d’ordinateur, mais seulement des règles à calcul logarithmiques. Que cela vous serve de leçon !
Pour les commerciaux, la genèse du Dakota enseigne que si, par chance, un client fournit le cahier des charges d’un produit, et consent à payer les frais fixes de développement, un boulevard s’ouvre devant vous. Le Rabouilleur et Bill Gates peuvent en témoigner : une fois la pompe à fric amorcée, ce sera Byzance ! Vous vivrez dans le pays où coulent le lait et le miel, suscitant les aigreurs de la concurrence et la convoitise des requins de la finance.
Pour les filozofs, cet avion montre qu’il existe un optimum dans la conception d’un produit, soumis à des contraintes techniques et commerciales, et qu’une fois l’optimum atteint, il n’y a plus de progrès possible, quoique jacassent les progressistes ignorants comme le ridicule, prétentieux, superficiel, et inexpérimenté Ismaël Moinkerien. Hors de l’optimum, le progrès, c’est plus maintenant ! Ensuite, la recherche d’un optimum en vitesse de croisière  peut induire une perte de flexibilité, avec une mauvaise adaptation de l’avion aux phases de décollage et d’atterrissage. L’ingénieur-architecte doit donc trouver le bon compromis entre le rendement et la flexibilité. Cette flexibilité s’obtient par une modification de la géométrie des ailes,  en sortant les volets qui augmentent la portance à faible vitesse.

Cet avion a sans doute aussi contribué à la naissance du culte du cargo, célébration de l’oiseau de métal qui apporte des richesses dans un territoire reculé et enclavé, un peu comme dans le culte de l’odieux Micron qui promet monts et merveilles à Madame Michu du Berry, si elle marche dans sa combine malhonnête, frelatée et faussement progressiste.

La démonstration de toutes ces propositions est simple, instructive et amusante, mais, malheureusement vous ne pourrez plus avancer gratuitement, car tout travail mérite salaire ..

Magicien

MAGIE !

Publié dans économie, sciences | Tagué , | 3 commentaires

666

Dodecahedron

Numérologie

La numérologie est une branche de la pensée magique, et elle consiste à croire, sans preuve bien sûr, que certains nombres entiers ont une signification cachée. Rien n’est plus faux, mais la crédulité humaine permet au Scientifique de se divertir à peu de frais.

Les nombres entiers qui sont supposés avoir des propriétés magiques sont les nombres 5, 7 et 13. Ce sont tous des nombres premiers, à savoir qu’ils n’ont aucun diviseur autre que 1 et eux-mêmes.

Le nombre 5 est utilisé par les satanistes dans leurs délires irrationnels sur le pentagramme, délires bizarrement inspirés par le pentagone, le polygone symétrique et inoffensif d’ordre 5, comme ici.

Satan
Le nombre 5 est aussi le nombre de polyèdres réguliers et convexes, improprement appelés solides de Platon. En effet, Platon n’ayant jamais été un géomètre, il était bien incapable de construire ces polyèdres tridimensionnels et de faire la démonstration de leurs propriétés mathématiques. Platon ne sera jamais que le perroquet de Socrate, et des grands prêtres d’Égypte, où il fit un voyage pour s’initier à des mystères liés à la sorcellerie qui le dépassaient largement. Les 5 solides appelés abusivement de Platon sont :
– le tétraèdre à 4 faces
– le cube à 6 faces
– l’octaèdre à 8 faces
– le dodécaèdre à 12 faces
– l’icosaèdre à 20 faces
Les élucubrations filozofiques de Platon le conduisirent à chercher une analogie entre la géométrie et la chimie, analogie totalement erronée au regard des connaissances actuelles, basées sur des preuves expérimentales irréfutables.
A chaque solide, il associait un composant de sa théorie simplette de la matière : eau, terre, air, feu et la quintessence, un cinquième élément passablement mystérieux, l’archétype du concept flou dont les filozofs font leurs délices. Ce vieux concept flou, commercialement à bout de souffle, a subi un reconditionnement au 21e siècle, et s’appelle maintenant holistique chez les filozofs modernes. Ce serait amusant, si la majorité des filozofs ne vivait pas aux crochets du contribuable, comme depuis toujours. Le critère de réussite d’un filozof est d’abord économique : s’il vit aux dépens du contribuable, c’est un mauvais. Le filozof performant crée sa propre chapelle, comme Sigmund Freud, et il vit aux dépens de ses fidèles, majoritairement féminins : jeunes groupies naïves et vieilles ménagères désabusées, revenues de tout, et richissimes comme la célèbre veuve Clicquot-Ponsardin. Pour nous faire rire aux éclats, les néo-féministes hurleront à l’abus de faiblesse envers les représentantes du beau genre sexe  ! En effet, ces néo-féministes ignares méconnaissent complétement un concept paradoxal et ambivalent, énoncé par Casanova lui-même : celui de l’escroc honnête, détaillé dans l’année 1746 de ses Mémoires. L’escroc honnête déploie ses rares et vastes talents à la frontière du bien et du mal, dans la zone grise du consentement très peu éclairé.
Bien sûr, Lavoisier, Mendeleïev, et les physiciens atomistes ont démontré depuis que la matière est composée d’éléments chimiques simples, bien plus nombreux que 5, car de l’ordre de la centaine, 118 très précisément en 2020. Ces corps purs simples se retrouvent dans le tableau périodique de Mendeleïev qui reflète l’architecture d’un atome : un nuage d’électrons tournant autour d’un très petit noyau composé de protons et de neutrons. Et le nombre de composants ultimes de la matière est donc de 3 pour le chimiste : électrons, protons et neutrons. Pour la physique sub-atomique, le paysage se complique, mais son intérêt pratique est limité, car impliquant des niveaux d’énergie très élevés, que vous ne risquez de rencontrer que dans le cas d’un cataclysme cosmique.

Il existe un domaine de la numérologie où le Scientifique peut néanmoins tirer un profit parfaitement légal de la crédulité humaine : la loterie.
En effet, il existait une loterie en France avec un tirage aléatoire de 5 numéros parmi 49.
La probabilité de sortie de toutes les combinaisons était bien sûr identique, mais toutes les combinaisons ne rapportaient pas le même gain.
En effet, l’espérance de gain se calcule en multipliant le  gain par sa probabilité.
Ainsi, le gain de chaque joueur se calculera par le partage d’une somme fixe, ou cagnotte, avec d’autres joueurs ayant fait le même pari.
Hors, les joueurs ont tendance à jouer des dates anniversaires, donc des nombres compris entre 1 et 31.
Par un simple calcul, le Rabouilleur a mesuré que l’espérance de gain était supérieure de 15% pour les grilles ne comportant que des nombres supérieurs à 31, comparée aux grilles avec des numéros tous inférieurs à 31. En effet, la probabilité de gagner est la même, mais, si vous gagnez, vous partagerez la cagnotte avec moins de monde. Donc, pour cette loterie, le nombre 31 est un nombre MAGIQUE !
Le chiffre 7 est aussi un nombre magique qui apparait dans le récit de la Genèse, dans la nomenclature des péchés capitaux, dans la description quantique de l’atome d’hydrogène, dans la théorie des catastrophes,  et dans le conte de Blanche-Neige, une sordide histoire de détournement de 7 mineurs par une nymphette pas vraiment claire, mais les explications sur ces sujets brulants viendront …..
Plus tard !

Moenia pando

_______________________________________________________________

Illustration :
Dodécaèdre en rotation.
Source : Wiki media Commons
Fichier originel :
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Dodecahedron.gif?uselang=fr

Publié dans sciences | Tagué , | 2 commentaires

Devinette

Une facette méconnue dans la bataille pour le soft power : Russie contre Royaume-Uni
Devinez qui va gagner le tournoi du meilleur guide spirituel, tout droit sorti des mésaventures d’Harry Potter !

La belle tête de vainqueur de l’archevêque anglican de Cantorbéry :

cantorbery
Le patriarche orthodoxe Cyrille de Moscou :

moscou
Un indice pour vous guider :
celui qui va gagner arbore la plus belle barbe et le plus beau chapeau !

Petit bonus pour les marxistes-léninistes :
Si la religion est l’opium du peuple, la cocaïne est la religion des dirigeants. Fort heureusement, tous les dirigeants ne sont pas pratiquants, seulement certains.
Suivez mon regard !

mage_noir

Publié dans psy | Tagué | 7 commentaires

Aéronautique

Aéronautique

Le Rabouilleur a décidé de quitter provisoirement l’enseignement de la géométrie pour s’occuper de l’aéronautique.

En effet, l’aéronautique est un domaine où les Français ont excellé, avec notamment Clément Ader, Louis Blériot, Louis Breguet, et Marcel Dassault, ce qui permettra de contrer le discours ambiant de tous ces nains toxiques (en globish : poison dwarf) qui dénigrent l’héritage Français.

La première étape fondatrice de l’Aéronautique est l’ascension des frères Montgolfier dans un ballon à air chaud en 1783, réalisant ainsi le vieux rêve d’Icare, grâce au principe d’Archimède :
Tout corps plongé dans un fluide reçoit une poussée verticale égale et opposée au poids du volume déplacé.

Comment fonctionne une montgolfière ?
La réponse est très simple :
Une montgolfière est soumise à deux forces verticales et opposées, la force de gravitation dirigée vers le bas, et la poussée d’Archimède, dirigée vers le haut.
Quant la poussée d’Archimède est supérieure à la gravitation, la montgolfière va monter.
La force de gravitation est proportionnelle à la densité de l’air chaud contenu dans l’enveloppe.
La poussée d’Archimède est proportionnelle à la densité de l’air ambiant, plus froid, donc plus dense. En effet, l’équation des gaz parfaits, soit PV/T = constante, indique qu’une augmentation de la température à pression constante induira une augmentation du volume, et donc une réduction de la densité du gaz. Voilà pourquoi l’air chaud monte !

Comment dimensionner une montgolfière ?
Admettons que l’enveloppe de la montgolfière soit une sphère d’un rayon R de 8 mètres. Le volume de cette sphère sera alors de 4/3 * pi * R3, soit (pi/3) * 4 * 512 soit (3.14159/3) * 2048.
Donc la sphère possède un volume de 2145 mètres-cube.
Admettons maintenant que la température ambiante soit de 15°Celsius, et la température dans la montgolfière de 50°Celsius, quelle est alors la poussée d’Archimède ?

Il faut d’abord connaitre par des mesures une grandeur physique fondamentale : la masse volumique de l’air. Cette grandeur physique varie principalement en fonction de deux paramètres, à savoir la pression et la température ambiantes.
Les physiciens ont déterminé la valeur de la masse volumique de l’air dans des conditions normalisées au niveau de la mer, soit une pression atmosphérique de 101 325 Pascal et une température de 15°Celsius. Cette valeur est de 1,225 kg/m3.

Donc, la masse du volume déplacé par la montgolfière se calcule facilement :
Masse = Volume * Masse volumique
soit,
Masse = 2145 mètres-cube * 1,225 kilogramme/mètre-cube = 2627.6 kilogrammes
La poussée d’Archimède, qui est une force, s’obtient en multipliant la masse par la valeur de la pesanteur terrestre, qui vaut 9.81 Newton/kilogramme.
Poussée d’Archimède = Masse * Pesanteur = 2627.6 * 9.81 = 25.777 Newtons

Il faut maintenant calculer le poids de l’air chaud contenu dans la sphère, air qui possède une masse volumique plus faible. La masse volumique de l’air chaud peut se connaitre en utilisant la loi des gaz parfaits.  La loi des gaz parfaits, ou PV/T = constante, exprime une relation entre la pression, le volume et la température absolue d’une masse gazeuse.
Il convient donc d’expliquer la notion de température absolue.
Une température est une grandeur intensive, ou qualitative, et toutes les parties d’un gaz au repos auront la même température.
La température absolue, se mesure en Kelvin à partir du zéro absolu qui est fixé à la valeur de −273,15 °C (Celsius). Les valeurs des  différences de températures sont identiques en °Celsius et en Kelvin, mais la valeur du zéro est différente dans les deux système d’unités.
Donc, les valeurs de 15°C (Celsius) et de 50°C (Celsius) correspondent à des valeurs de température absolue de 288 et 323 Kelvin.

A pression inchangée, le rapport des masses volumiques entre l’air chaud et l’air froid est identique au rapport entre les températures absolues soit :
288 / 323 ou 0.892
La masse d’air chaud est de : 2627.6 * 0.892 soit 2343.8 kilogrammes
La différence des masses est de 283,8 kg

Si vous ajoutez deux individus de 65 kg, les Montgolfier étant des petits gabarits mal nourris, plus une nacelle, plus une enveloppe légère, vous arrivez grossièrement à une masse de l’ordre de 200 kg.
La masse totale de la montgolfière est alors de 2.543.8 kilogrammes et la force de gravité correspondante de 24.954,7 Newtons.
La différence entre la poussée d’Archimède et la gravité donne une force ascensionnelle de 822 Newtons. Connaissant la force ascensionnelle, on peut en déduire la trajectoire verticale de la montgolfière en fonction du temps, en négligeant la résistance de l’air, peu importante à faible vitesse. D’après la définition d’une force f,  f = m * accélération, il vient que l’accélération initiale vaut f/m, soit 822/24.954,7, soit 0.03 m/s2. La physique enseigne qu’un corps initialement au repos soumis à une force constante suivra un mouvement en fonction de la variable temps, représentée par t, qui sera gouverné par la LOI suivante et immuable :
Z (altitude) = 1/2 * Accélération * t2
Donc, l’altitude de la montgolfière sera de 1.5 mètres en 10 secondes , et de 6 mètres en 20 secondes.

Dans la vraie vie :
Un rassemblement mondial de montgolfières a lieu tous les deux ans en été, à Chambley en Lorraine, avec un total de près de 1000 exemplaires d’aérostats.
Pilâtre de Rozier
Mais soyons honnête : vous avez vu une montgolfière, vous les avez toutes vu. En effet, rien ne ressemble plus à un ballon qu’un autre ballon !

Vous pourrez aussi voir les premiers avions construits en France dans deux musées :
Musée de l’Air et de l’Espace
Aéroport de Paris – Le Bourget
Exposition permanente : Les Pionniers de l’air
https://www.museeairespace.fr/a-voir-a-faire/expositions-permanentes/les-pionniers-de-lair/
Musée des arts et métiers
60 rue Réaumur
Paris 3e
On y trouve l’avion de Clément Ader, gigantesque chauve-souris accrochée au plafond.
La preuve en image ci-dessous.
Le site Internet du Musée des arts et métiers est particulièrement laid, avec une ergonomie désastreuse, et une iconographie repoussante. Il faut écrire les choses comme elles sont. Le Rabouilleur ne donnera donc pas l’adresse de ce site, car il ne faut jamais recommander les mauvais artisans.

ader

Publié dans sciences | Tagué , | 1 commentaire

Statue

alix
Alix le Romain dans le film Allemand : Good bye Lénine !

Par le Styx, et par toutes les divinités des Enfers ! La statue de Lénine est radioactive.
Elle a sans doute été fondue avec un métal provenant de Tchernobyl en Ukraine ?
Il faudra quand même parvenir à déboulonner cette maudite statue !
Le lecteur perspicace aura naturellement remarqué que dans ces deux représentations indépendantes, la statue porte dans une main, soit un rouleau, soit un livre, symbole du Savoir, bien ou mal employé, mais ceci est une autre histoire ….

lenine

Publié dans actualité | Tagué | Laisser un commentaire

Évasion

Le Prisonnier

Le Prisonnier

Retour aux sources

La restriction des mouvements étant officiellement levée en France, c’est l’occasion rêvée pour les Parisiens de bouger, et de se mettre en marche pour s’évader hors du royaume de leur méchante reine, qui a un petit vélo dans la tête.
Pour les habitants de Paris et de l’Ile-de-France, le Rabouilleur suggère une évasion en Bourgogne, dans le département de l’Yonne, plus précisément dans la Puisaye. Au contraire des divertissements dénaturés, insipides, et aseptisés, vendus à Marne-la-Vallée par l’Oncle Picsou, les attractions de l’Yonne vous rendront plus cultivés, voire même plus sages, et vous pourrez briller dans votre cercle de relations pour un budget plus que raisonnable.

Parmi les attractions culturelles de la Puisaye, trois endroits méritent le voyage :

Le chantier du château-fort de Guédelon

guedelon

Vous constaterez de visu que la productivité du secteur du bâtiment était très faible au Moyen-Age. Depuis, les petits maçons:.  ont fait des progrès, mais pas dans tous les domaines, car, l’esthétique du Moyen-Age était bien supérieure à celle du 21e siècle.
https://www.guedelon.fr/

Le château de Saint-Fargeau
La Grande Mademoiselle, cousine germaine de Louis XIV, fut catapultée en exil dans ce trou perdu par le Cardinal Mazarin, pour inspirer à cette rebelle de saines réflexions sur les dangers des mauvais choix en politique. Le Cardinal Mazarin était un grand spécialiste du traitement des enquiquineuses, comme la reine Christine de Suède, ou les duchesses de Savoie et de Chevreuse. Mais toujours avec une main de fer dans un gant de velours !
Le Rabouilleur s’est toujours questionné sur le nombre exact de briques employées à la construction du château de Saint-Fargeau, par déformation professionnelle, et par un attrait irrationnel pour le savoir inutile. La cuisson des briques nécessitant la combustion d’importantes quantités de bois dans un four pour atteindre la température de 900 °C, le bilan carbone de ce château ferait glapir Greta Thunberg de nos jours !
https://www.chateau-de-st-fargeau.com/

La maison de Colette à Saint-Sauveur-en-Puisaye

colette

Colette : femme de Lettres, joyeuse luronne, assez païenne et cruelle, mariée pendant la Belle Époque pour le meilleur et pour le pire avec Willy son Pygmalion, mais surtout moins donneuse de leçons que George Sand, cette méchante infirmière d’Alfred de Musset et de Frédéric Chopin, deux célèbres patients qui se plaignirent publiquement des mauvais traitements. Le Rabouilleur n’invente RIEN, car TOUS les sévices endurés par ces deux malheureux mâles sont dans le domaine public, y compris notamment les mésaventures du docteur Pagello, un Diafoirus Vénitien, pas très malin.
http://www.maisondecolette.fr/

Publié dans littérature, politique | Tagué , | Laisser un commentaire

Rustine

Rustine

Dans le service après-vente d’un logiciel (software en globish), le commercial rencontrera différents problèmes techniques sur son produit, qui peuvent se classer schématiquement en deux catégories :
– les erreurs de conception, ou d’architecture
– les erreurs de production, ou de codage

Autant les erreurs de production peuvent facilement se corriger par une rustine, ou correctif, ou patch en globish, autant les erreurs de conception sont fatales, et aucune rustine ne pourra les corriger, car il faudra rebâtir complétement le logiciel à partir de zéro (0).

Pour illustrer une erreur de conception, rien ne vaut une belle métaphore sur la complexité, caractéristique chantée sur tous les tons par le stupide Edgar Bourrin et ses admirateurs imbéciles.
Un logiciel bien conçu ressemble à un arbre, plus ou moins profond en fonction de sa complexité, comme ceci :

arbre
Un logiciel mal conçu ressemble à un plat de spaghettis, comme ceci :

spaghetti

Quand le commercial découvre par inadvertance l’abominable plat de spaghettis caché derrière l’interface homme-machine par un grand architecte du logiciel incompétent, il met immédiatement à jour son CV, et réactive son réseau relationnel, pour trouver une nouvelle niche commerciale plus pérenne.
En effet, il faut savoir qu’un logiciel-spaghetti est incorrigible, à cause de l’effet Mikado. Dans ce jeu d’adresse avec des baguettes qui se touchent, quand vous essayez de retirer une baguette, vous allez faire bouger d’autres baguettes.
Dans le logiciel, c’est pareil !
L’architecte logiciel a découvert, par un retour d’expérience d’un client très mécontent, ou plutôt furieux, un bogue dans le module numéro 13, qui porte malheur. L’architecte logiciel ordonne alors à un de ses petits maçons:., oups, programmeurs, de corriger le bogue en question.
Le programmeur corrige le bogue du module numéro 13, et, par la même occasion, révèle, ou génère, de nouveaux bogues dans les modules numéros 7, 11 et 25.
C’est une histoire sans fin !

Le Rabouilleur a observé de l’extérieur un projet logiciel mené par une équipe de branquignols incompétents, utilisant de mauvais outils, et qui couta une petite fortune au contribuable. Le projet, vendu à l’exportation pour X millions d’euros, couta, in fine, la somme de 3 * X millions d’euros. Ce projet ruineux était le contre-exemple du théorème fondamental de la Pâtisserie, car tout était mauvais : la recette, les ingrédients et, plus encore, les pâtissiers. Le bureaucrate-en-chef, superviseur des branquignols, rédigea une note de service absolument lamentable, monument de faux volontarisme, ou de pensée magique, qui disait en substance :
Sur ce projet, nous avons collectivement cafouillé, et c’est un grand malheur pour notre équipe, notre entreprise, notre corporation. J’implore Sainte Rita, patronne des causes désespérées, pour que semblable désastre ne se reproduise pas à l’avenir. Nous devons tous avoir confiance pleine et entière dans la protection de Sainte Rita. Quiconque en doute prendra la porte ! Ensuite, il subira les foudres de la justice des hommes, et sera rejeté dans les ténèbres extérieures !
Bien sûr, le dindon de la mauvaise farce, n’était pas mentionné dans la note de service, à savoir : le malheureux contribuable.
Le Rabouilleur n’a pas gardé de copie de cette note de service honteuse, mielleuse et jésuitique, rédigée par un sur-diplômé, car il était trop préoccupé par des tâches compliquées dans son parcours de vie chaotique. Néanmoins, cette note mériterait de figurer dans un ouvrage restant à rédiger par un esprit libre, lucide et intrépide, à savoir : l’anthologie de la lâcheté administrative. Avis aux amateurs et aux professionnels courageux !

Les détails sur la nature des différentes erreurs logicielles, avec l’exemple du redoutable logiciel Potemkine : l’interface utilisateur est chatoyante, mais les algorithmes totalement défectueux, et le temps de réponse proprement démentiel ….

…. plus tard !

La Porte

La Porte

Publié dans économie, sciences | Tagué , | Laisser un commentaire