Banquiers et financiers

Les petits métiers d’autrefois :

Banquiers et financiers

Le Rabouilleur, dans une de ses nombreuses aventures, s’est retrouvé encalminé quelques années dans l’univers de la finance, mer des Sargasses pour les énarques, cimetière des illusions pour les ambitieux sans qualités.

Disons-le d’entrée, la finance, activité éminemment calculatoire et pifomètrique, suinte l’ennui. Comme son nom, la fin (le but, en français actuel) ne l’indique pas, elle n’est qu’un moyen au service d’objectifs qui la dépassent complétement.

L’argent, mauvais maître et bon valet : vieux dicton, toujours d’actualité.

Pour paraphraser Francis Bacon, on ne commande à la finance qu’en lui obéissant, aussi le Rabouilleur vous propose une petite découverte non exhaustive de quelques lois de la finance, à la notable exception du marché des changes, sujet vicieux entre tous.

Un énarque superficiel (1), propulsé au sommet d’un consortium de marchands de flotte, a prétendu, sans commencement de preuve, que la finance créait de la richesse. Trop d’études avait obscurci son jugement. Pour l’excuser, il préférait, à bon droit, les actrices belles et sensuelles aux stations d’épuration des eaux d’égout. Je l’ai bien connu dans une autre vie, et j’ai bien vu qu’il confondait adresse et maitrise. La jonglerie, c’est plus maintenant ! Entouré de cireurs de pompes, il s’est fait entuber par les Yankees comme un débutant. Qu’Aquilino Morelle lui jette la première pierre, ou la première chaussure.

Plus sérieusement, pour l’économie, le crédit remplit le même rôle que l’eau pour l’agriculture : un facteur indispensable, mais la récolte résulte avant tout de l’effort et du savoir-faire du cultivateur. Ainsi dans des pays comme l’Espagne, où l’eau est rare, il existe des tribunaux de l’eau qui répartissent cette ressource limitée. Le rôle des marchés financiers est similaire à ces tribunaux de l’eau : ils allouent une ressource limitée aux cultivateurs les plus doués, ou les plus prometteurs.

La différence entre banquiers et financiers, ces vieux complices dans la distribution du crédit, réside dans les promesses trompeuses qu’ils vous font :

  • Le banquier vous promettra de vous rembourser votre avoir à première demande.
  • Le financier vous promettra de vous rembourser à moyen terme, en général 5 ans, avec un bonus, mais dans l’intervalle, votre avoir est indisponible. Le financier joue avec vos économies suivant une vieille recette : s’il perd au jeu, toutes les pertes sont pour vous; s’il gagne, les gains seront partagés avec lui. Plus con que cela, on meurt.

Banquier est un des métiers les moins sérieux que je connaisse, et c’est une des deux raisons pour lesquelles les banquiers s’habillent en croque-mort.

Le seul talent d’un banquier consiste à déceler les escrocs et les rêveurs, débiteurs qui ne le rembourseront jamais, l’escroc volontairement, le rêveur par la faute à pas de chance. Pour nous faire rire, les rêveurs accusent invariablement le banquier de frilosité, alors même que le pêché originel du banquier est d’être né pousse-au-crime : le banquier est le complice nécessaire de bien des bulles spéculatives. Dans ces épisodes, vous constatez que le banquier, en troupeau, ne montre aucune frilosité, ce qui vaut mieux pour lui puisqu’il se retrouve souvent tout nu à la fin de la récréation. Lorsqu’il se retrouve dans le plus simple appareil, le banquier va larmoyer dans le giron de la maîtresse, Madame Finance Publique, pour qu’elle lui rachète de nouveaux habits, ce que la maîtresse s’empresse de faire, sauf s’il s’agit de la Mauvaise Islandaise, espèce de Fée Carabosse, qui donne  des cauchemars au pauvre petit banquier.

La seconde raison pour laquelle le banquier s’habille en croque-mort, c’est qu’il doit souvent vous annoncer la mort de vos économies dans d’atroces souffrances. Il compatit à votre douleur comme un membre de votre famille. Il les a bien connu, vos économies : un an auparavant, elles se portaient à merveilles grâce à ses conseils. Qui aurait pu prévoir ce tragique accident ? Pas lui.

Concernant la finance, le bas-berrichon Michel Sapin, actuel Sinistre du Déficit, a déclaré aux scribouillards ahuris, forcément ahuris dirait la Duras, qu’il y avait une bonne et une mauvaise finance.

Tu l’as dit, bouffi ! mais sans l’explication qui permet de distinguer la bonne de la mauvaise.

Dans la pratique, la finance consiste en une boutique qui tient à la fois de l’agence matrimoniale et du détaillant en risques futurs.

Le financier va essayer de marier un entrepreneur fauché, prêt à suer du sang, de la sueur et des larmes, avec une riche veuve de Carpentras. Mais comme la veuve ne veut pas mettre tous ses œufs dans le même panier, notre financier va l’accoquiner avec plein de petits entrepreneurs méritants qui ne pourront pas tous se planter.

Pour rassurer la veuve méfiante (les veuves ont des kilomètres au compteur ou alors note 2), le financier lui explique qu’il peut prédire l’avenir avec ses deux instruments favoris : la boule de cristal graduée et le rétroviseur.

Résultat de ce micmac : le financier louche, obligé qu’il est de garder un œil sur le rétro et l’autre sur la boule de cristal pour piloter son petit véhicule d’investissement.

Ne soyons pas caricatural : certains financiers, comme Warren Buffett ont de bien meilleures boules de cristal que d’autres comme les Lehmann Brothers, ou Hollande et Moscovici, les Laurel et Hardy de l’économie, célèbres pour leur hilarant duo à Sciences Pipo, le cirque des clones tristes, cirque honteusement subventionné par vos impôts, comme tous les mauvais spectacles.

En conclusion, je rejoindrai un grand socialiste français, François M., petit-fils d’un vinaigrier de Bourges, quai d’Auron,(3) qui a toujours dénoncé l’argent.

Ce grand littéraire avait découvert dans l’œuvre de Chardonne, le poète du monde immobile, la principale vertu de l’argent : l’argent permet de distinguer l’homme de gauche de l’homme de droite. En effet, l’argent rend meilleur l’homme de gauche et corrompt l’homme de droite.

Néanmoins, le problème reste complexe : ainsi, dans son for intérieur, notre socialiste n’a jamais vraiment su si le régime de Vichy était de droite ou de gauche.

Alors, que faire dans un monde où tout est gris ? Rien comme Hollande !(4)

_________________________________________________________________________

Copyright : Le Rabouilleur août 2014.

Reproduction et traduction interdite sans autorisation écrite de l’auteur, sauf exception ci-dessous :

Bedeutende Ausnahme : Übersetzung auf deutsch oder russisch ist frei, erlaubt, und empfohlen.

Note 1 : pléonasme volontaire et assumé.

Note 2 : si la veuve est gâteuse, vous vous retrouvez devant un tribunal, comme l’incorrigible énarque jongleur, qui fait aussi la fortune des avocats de la Nouvelle Angleterre.

Note 3 : Vous comprenez mieux pourquoi avec Mitterand tout finissait par tourner au vinaigre. L’origine de la famille se trouve sans doute dans un hameau éponyme du nord d’Allogny(18110) sur la D168, dans une clairière de la forêt de Vouzeron, approvisionné uniquement par les corbeaux, qui volent sur le dos pour ne pas voir la misère.

Note 4 : Sans virgule ! Tous les Français sensés savent qu’Hollande n’a jamais rien fait, ne fait rien, et ne fera jamais rien, à part amuser sa clientèle de fonctionnaires décérébrés, petite clientèle représentant 15% du corps électoral français, piquée à la Mère Aubry, qui fait des cacas nerveux depuis ce larcin.

Publicités

A propos Le Rabouilleur

Les affaires et les sciences : telles sont mes deux occupations. Devise : nous n'irons pas à Canossa ! ni à Chicago !
Cet article, publié dans économie, finances, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s