Abjection sans limites !

Abjection sans limites !

La limace énarchique se retrouve démasquée, débusquée, dénudée. Tous ses mensonges, ses petits calculs mesquins, ses égoïsmes, ses trucages, ses mascarades se retrouvent exposés sur la place publique. La vengeance d’un femme crédule a souvent des contre-coups dévastateurs.
Le mauvais Don Juan est pris à son propre piège. Fondamentalement, Don Juan recherche et vit dans le plaisir et la jouissance du présent, s’opposant aux contraintes et aux règles sociales, morales et religieuses, et ignorant volontairement autrui. Il est donc à la fois jouisseur et cynique, également égoïste et destructeur.

Donna Elvira pète un câble, et le public est brutalement informé d’une réalité que les esprits lucides avaient discernée depuis longtemps :

Le Roi est un salaud !

Comme d’autres, je le savais déjà, so no news ! Mais pour M. Ruquier le journaliste, c’est un scoop. Les cordonniers seront toujours les plus mal chaussés. J’ai trouvé une explication plausible à cet aveuglement des témoins, ayant croisé quelques escrocs aux combines foncièrement impossibles (1). L’escroc vit ici et maintenant; ailleurs et demain, il verra plus tard. Ne connaissant pas l’angoisse du lendemain, puisque le lendemain n’existe pas, il se présente comme un personnage enjoué, ce qui fait tout son charme. Ce charme aveuglant agit au maximum sur les créatifs, écrivains et/ou journalistes, parisiens et/ou corréziens(2), qui portent tous des lunettes peintes en rose. Par contre, les comptables qui n’ont jamais de lunettes roses, sinon ils ne seraient pas comptables, se révèlent totalement imperméables à ce charme, allez savoir pourquoi !

Comme il n’y a jamais eu aucune limite dans l’abjection, tous les valets, et tous les clients de la Hollandie sont réquisitionnés pour apporter leurs témoignages, réputés, à tort, impartiaux, sur la grandesse morale de leur patron. Dans les télés et les radios, pathétique défilé des copains et des coquins(3) qui viennent jouer les cautions morales.

Leporello / Le Foll sent comme une odeur de cramé autour de son patron. Mais ce patron est vraiment le Roi des Nuls. Il se coule tout seul, lui qui déclare :
« Je suis au service des plus pauvres, c’est ma raison d’être »

Contre-sens total : le chef d’un groupe quelconque n’est au service d’aucune faction. Justicier suprême(4), il est au service de tous, donc de personne. En démocratie, la voix d’un pauvre compte autant que celle d’un riche, et le pauvre est souvent plus sensé que le riche, ayant plus vécu.
Quand à « être », bonne question, ma foi !

_________________________________________________________________________

Note 1 : La combine impossible foire toujours, telle la pyramide de Ponzi alla Madoff, alors que la combine possible réussit avec un peu de chance, tels le délit d’initié, la multi-propriété, ou le top intégral : gourou d’une secte, comme Sigmund Freud i.e. sex, drug and rock’n roll.

Note 2 :  enfumés par le grand Jacques, enfumés par le petit gros : même cause, mêmes effets.

Note 3 : Juju, en témoin de moralité, Mme Cotta qui fait le catéchisme et Z’Ayrault en pleureuse « minable ». Responsable de ce casting d’exception : le nouveau conseiller en com’ de l’Élysée qui s’appelle Jean-Pierre Mocky. Mocky est le meilleur, tout le monde le sait, et c’est bien là son souci. Y a-t-il un Français dans la salle ?

Note 4 : Même le Président des États-Unis d’Amérique (du Nord) dispose du droit de grâce, à la grande fureur des partisans de la séparation des pouvoirs. Dans toutes les communautés humaines, depuis la tribu amazonienne de 50 pinpins jusqu’à la République Française, le chef politique est le dernier recours contre la discorde et le désordre, rejetons de l’impunité, cf Louis 9, Louis 13 le Juste, et ailleurs, très loin, Salomon réputé pour un célèbre jugement. Gouverner n’est pas administrer, à l’opposé de l’amalgame commun à tous ces énarques, à commencer par le premier d’entre eux  : Giscard.

Publicités

A propos Le Rabouilleur

Les affaires et les sciences : telles sont mes deux occupations. Devise : nous n'irons pas à Canossa ! ni à Chicago !
Cet article, publié dans actualité, psy, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s