Banane

Les yankees n’ont plus la banane

L’abominable quotidien de l’oligarchie etat-zunienne, The Washington Post, en est tout retourné, en ce 5 décembre 2015, en publiant cette nouvelle sur son site internet :

The world’s most popular banana could go extinct

A fungus is threatening the existence of the Cavendish banana species — which represents 99 percent of the world’s banana market — and there’s no way to stop it.

On compatit à la stupeur et à la douleur de nos alliés et cousins d’Outre-Atlantique.
En effet, si la banane Cavendish meurt, alors plus de République Bananière.
Le Rabouilleur ne peut se consoler de ce désastre écologique qu’en se référant à un aphorisme plein de bon sens populaire qu’on lit sur des auto-collants posés sur les automobiles amerloques : « shit happens », soit en bon français, ou approchant : « la merde, ça arrive ».  Restons donc stoïques.

En Ripoublique Française, à l’annonce de cette nouvelle, le nabot Sarkozy, grand Manitou des Ripoublicains, a immédiatement sur-réagi  (over-reacted) en proposant, avec sa dynamique pro-active coutumière, une task-force sous l’égide de l’OTAN pour trouver une nouvelle variété de banane, résistante au maudit champignon. L’Armée Française sera chargée de collecter dans la jungle africaine des variétés sauvages de bananes, susceptibles de résister au parasite fongique. Cette action de nos militaires sera entièrement payée par le contribuable français, comme de bien entendu. Pour de plus amples détails sur l’initiative sarkozienne, les groupies de cet excité liront sa page Fesse-Bouc, un site Internet géré en France par un de ses anciens laquais, ce site servant seulement à fliquer les habitants de toute la planète pour mieux détecter les futurs rebelles qu’il conviendra d’éliminer, en temps et en heure.

Comme aurait dit un pragmatique Président des U.S.A :
Sarkozy is a bastard, but it is OUR bastard.

Quand aux conspirationnistes et paranoïaques, ils font courir sur Internet le bruit que ce champignon anti-libéral serait sorti d’un laboratoire russe.
Qui croire ?

Moralité biologique :

La Nature finit toujours par punir les petits Prométhéens, même s’ils ont lu tout Platon et Martin Luther.
Ditto pour la ‘menace pas fantôme’ des germes résistants aux anti-biotiques en pathologie humaine. Il y a toujours un retour de manivelle. Chassez le naturel, et il revient au galop. Pour commander à la Nature, il faut obéir à ses lois. Quant à connaitre les lois de la Nature, voilà qui complique singulièrement le problème. En effet, la Nature rechigne à se laisser capturer dans des livres, qu’ils soient écrits en grec, en latin, en hébreu ou en français. Mais les Prométhéens pensent vivre dans une citadelle imprenable comme les Gaulois à Avaricum ou les Juifs à Massada, ou les ignobles marchands cupides, arrogants, raisonneurs, bellicistes, apatrides, illuminés, entêtés et fanatiques de La Rochelle.
La forteresse finit toujours par tomber si elle ne reçoit aucun secours de la campagne.
Et gloire à Louis XIII et Richelieu, fondateurs et martyrs de la France moderne !

Post-scriptum :

Décidément, rien de nouveau sous le soleil. D’où une grosse fatigue de l’auteur.
En effet, déjà au 6e siècle avant J-C, Solon râlait contre le productivisme agricole en Attique :
In his poems, Solon portrays Athens as being under threat from the unrestrained greed and arrogance of its citizens. Even the earth (Gaia), the mighty mother of the gods, had been enslaved.
On rejoint David Ricardo dans cette affaire : la seule solution à la crise économique consiste à faire baisser la productivité, et en premier lieu la productivité agricole. Il faut oublier la ferme des 1000 vaches.
En résumé, faire mieux et non faire plus, en diversifiant au maximum.

Il faut cultiver notre bonzaï.

La ligne directrice étant fixée, il y aura toujours des perroquets savants comme Jacquot Attali, BHL, Alain Trou-de-Minc, Manu O-Micron et sa couguar liftée, le nabot semi-magyar, le pas-franc-maçon Xavier B.,  la chouquette écologiste Barbara Pompeuse, le paumé landais Juppé, le Père Noël Mamer (une ordure) , et autres Cohen-Bandits pour vous expliquer les modalités pratiques.
Ceci dit, les disciples modernes de Platon, leurs discours, leurs fausses bonnes idées, leurs cavernes à images, leurs mercenaires, leurs pompes et circonstances commencent à courir sérieusement sur le haricot du Rabouilleur, qui n’est dupe de RIEN.
Les néo-platoniciens continuent leurs coupables activités à l’Institut Henri Poincaré de Paris dans le terrifiant Séminaire Bourbaki, une assemblée de fous d’après René Thom, qui parlait en connaissance de cause et en est parti en courant.

Politique de la France en ce lendemain de la Saint Nicolas :
Les journaleux parlent des démagogues, et les démagogues causent des journaleux, à l’instigation de l’oligarchie mondialisée, qui commandite dans les masse-media un story-telling servi par ses laquais, et néanmoins grotesque, car déconnecté du RÉEL.
Le peuple de France ne s’y retrouve pas, comme d’habitude.

Publicités

A propos Le Rabouilleur

Les affaires et les sciences : telles sont mes deux occupations. Devise : nous n'irons pas à Canossa ! ni à Chicago !
Cet article a été publié dans économie, politique, sciences. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Banane

  1. kobus van cleef dit :

    ha , si la banane disparaît, que va devenir la taube?

  2. kobus van cleef dit :

    une histoire de banane?
    pas obscène, ni osée

    il y a de nombreuses années , en écoutant l’émission « l’économie en question » sur vronze cul, j’avais entendu un échange portant sur leulibéralismeu et les braves fonxionères de l’enseignement supérieur ( supérieur ! forcement !)
    jusque là , rien de bien ébourrifant
    jusqu’au moment où bernard maritz , déconomiste avéré , eut cette phrase sublime qui cloturait une passe d’arme concernant la rétribution des enseignants, l’utilité zosiale de la recherche en sciences molles ( donc zosiales ) et les opinions y afférentes
    « moi jeu leur dit aux libéraux , si nous les enseignants on était pas là , ils seraient dans leur arbre à bouffer des bananeux , oui ils mangeraient des bananeux! »
    bien que toulousain, il n’avait pas usé de la ponctuation requise ( congueu !)
    c’est pourquoi, en janvier dernier , ça m’est remonté à l’esprit , cet échange , et depuis , j’arrête pas d’y penser , à chaque fois qu’on me cause de charlie , je ne cesse de me dire « mais reutourneu donc dans ton arbreu manger des bananeux ! »

  3. Arrêtez vos singeries.
    Sinon Charles Darwin vous fera plancher devant vos frères:., et vous aurez du boulot pour préparer votre exposé.

    • kobus van cleef dit :

      J’ai toujours été nul à l’oral
      Pas meilleur à l’écrit ,faut reconnaître
      Donc, pour la planche, c’est fichu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s