8 nuances de psychologie

8 nuances de psychologie

Géométrie appliquée aux romans pour poulettes

Les romans pour poulettes s’appellent en anglais la chick literature. Il s’agit d’une littérature écrite spécifiquement à destination d’un public femelle.
Bonjour le sexisme ! mais bonjour aussi les droits d’auteur.e ! comme pour la Britannique E.L. James qui a ramassé une fortune avec 50 nuances de grey.
Avec plus de 150 millions d’exemplaires vendus en plus de 50 langues, E.L. James est classée parmi les records de ventes littéraires mondiales, et ses ouvrages ont été adaptés dans des films.

Nous sommes donc devant un phénomène mondialisé qui transcende les cultures nationales.
En bon scientifique disposant d’un peu de temps libre, le Rabouilleur s’est ainsi intéressé à ce phénomène planétaire pour voir s’il était possible d’en extraire la substantifique moelle. Merci qui ? Merci Rabelais ! Un vil suppôt d’Hippocrate voulut connaitre en avance de phase les conclusions du Rabouilleur dans cette étude psychologique. Il fut bien déçu dans ses petites manigances et provocations puériles : motus et bouche cousue !

En condensé, la recette de 50 nuances de grey consiste en un très vieux conte de fée pimenté d’un peu de panpan-cucul con-temporain et de lâcher-prise, histoire d’émoustiller la mère de famille trentenaire, qui n’en peut plus de son mari et de ses loupiots. Nous voyons juste un recyclage du conte de fée archi-classique : Cendrillon et le Prince charmant. Au début du 21e siècle le Prince charmant est un milliardaire, beau brun ténébreux et, chose positivement incroyable, libre, pendant que Cendrillon exerce un bullshit job dans une métropole etatzunienne. Le Prince charmant possède donc trois qualités : il est simultanément beau, riche et libre.

Raisonnement scientifique par quantification de ces trois qualités qui sont indépendantes !
Nous aboutissons à un domaine cubique en trois dimensions qui représente l’imaginaire féminin.
Les huit sommets de ce domaine cubique sont les stéréotypes de l’imaginaire féminin.
Le Rabouilleur propose les dénominations suivantes pour ces huit stéréotypes

Ni beau, ni riche, ni libre : le Tue-l’amour
Ni beau, ni riche, et libre : le Crapaud
Ni beau, ni libre et riche : Aristote Onassis, célèbre armateur grec.
Ni beau, libre et riche : le Prince de Galles
Beau, ni libre, ni riche : Ken, l’esclave de la poupée Barbie
Beau, ni libre, et riche : le Roi de Cœur
Beau, libre, ni riche : le Gigolo
Beau, libre, et riche : le Prince charmant

Si vous n’avez pas compris le raisonnement géométrique implicite, tant pis pour vous !
Grace à cette représentation tri-dimensionnelle, nous obtenons facilement la décomposition canonique du Prince charmant, à savoir :
Prince charmant = Onassis (riche) + Ken (beau) + Crapaud (libre)

Publicités

A propos Le Rabouilleur

Les affaires et les sciences : telles sont mes deux occupations. Devise : nous n'irons pas à Canossa ! ni à Chicago !
Cet article, publié dans littérature, psy, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s