Le bal

Le bal

Conte darwinien

Lassé de la vie frivole, mercantile et superficielle de la métropole d’Ile-de-France, le Rabouilleur décida de prendre un week-end en célibataire dans le Haut-Berry, pour se ressourcer et renouer le fil de son existence.
Grace à un site Internet spécialisé, il trouva un gite rural, qui correspondait très exactement à son désir de calme et de sérénité, situé à juste trois heures de route de Paris.
Arrivé vendredi soir à ce gite, il fit connaissance avec la propriétaire du gite, une appétissante blonde aux yeux bleus, cernée par une troupe de minous insupportables, qui lui sembla trop intrusive, et qu’il éconduisit assez facilement.
Après une journée du samedi consacrée à la randonnée dans les vignes du Sancerrois, le soir, il s’enquit des distractions locales auprès de la gérante du gite. Celle-ci lui proposa une virée dans un club libertin de Bourges, où elle avait ses (mauvaises) habitudes.
Nullement intéressé par ce genre de débauches collectives et prosaïques, le Rabouilleur déclina cette proposition, et la gérante du gite dépitée le traita de rêveur, ce qui équivaut à impuissant dans le jargon des femelles. Il  décida d’aller passer sa soirée dans un bal campagnard situé sur la commune de Sainte-Solange, par ailleurs patronne du Berry.

Entrant dans la salle de bal, le Rabouilleur activa son radar panoramique et détecta une rangée de femelles assises et jacassant, pendant que les mâles buvaient des bières au bar. Le Rabouilleur, conformément à la charte du parfait gentilhomme, décida d’inviter une de ces jeunes femmes oisives à danser.

Commençant par la première femelle de la rangée, il lui fit cette invite :
Voulez vous m’accordez cette danse ?

A quoi la femelle répondit :
Je voudrais bien, mais je garde le sac à ma copine !

Deuxième femelle, deuxième invite et deuxième râteau :
Je voudrais bien, mais j’ai trop mal aux pieds !

Troisième femelle, troisième invite et troisième râteau :
Je voudrais bien, mais j’ai trop chaud !

Quatrième femelle, quatrième invite et quatrième râteau :
Je voudrais bien, mais mon fiancé, le rugbyman de 120 kilos accoudé au bar ne veut pas que je danse avec un autre que lui !

Répétition de la même demande, et répétition des râteaux jusqu’à la dernière femelle de la rangée qui accepte avec joie la demande du pauvre mâle presque désespéré.

Dans l’esprit du Rabouilleur, la lumière se fit. Fiat Lux ! Il s’agissait juste d’un petit complot des Nanas, qui avaient conspiré pour affecter ce mâle estranger à leur copine Sylvie, qui se languissait depuis trop longtemps du mal d’amour, à cause d’un très lourd problème d’addiction à l’alcool.

N’étant dupe de RIEN, et n’étant pas addictologue,  le Rabouilleur, en parfait comédien, simula un subit trouble intestinal pour s’éclipser du bal, à la grande fureur du ridicule, et, en même temps, pathétique Complot des femelles.

Tout est bien, qui finit bien, et force reste au Rabouilleur, seul et véritable Maître des horloges

horloge_bourges

Horloge astronomique de la cathédrale de Bourges

Publicités

A propos Le Rabouilleur

Les affaires et les sciences : telles sont mes deux occupations. Devise : nous n'irons pas à Canossa ! ni à Chicago !
Cet article, publié dans Berry, psy, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s