Balance ta pute !

Balance ta pute !

Séquence féminisme réel

Il y a actuellement une mode dans le Cyber-Espace qui consiste pour certaines femmes à balancer des porcs, réels ou supposés.

Dans un souci de symétrie entre mâle et femelle, le Rabouilleur va balancer une de ces nombreuses putes, qui l’ont harcelé sexuellement dans sa brillante carrière. Certaines de ces putes ont fait des enfants dans le dos du Rabouilleur, subjuguées par le potentiel reproductif du géniteur. Mais là n’est pas le vrai problème, car ces aventures sexuelles se passaient entre adultes consentants, même si le consentement du Rabouilleur n’était pas très éclairé, par défaut d’expérience. Mais une aventure vécue et très précise va illustrer le vice du défaut de consentement.

Étant salarié d’une société de négoce, et assez bien payé dans son travail, le Rabouilleur, joyeux et fringant divorcé, tapa dans l’œil d’une secrétaire de cette entreprise. Il faut savoir que dans cette société la population mâle se divisait en deux catégories : les hommes mariés et les queutards célibataires, avec comme exception le Rabouilleur, ni marié, ni queutard. On trouve également dans la vraie Vie des queutards mariés, mais nous n’en parlerons pas, pour la simplicité de l’exposé, et ce ne sont pas DSK, Tarik Ramadan et le Yankee William Jefferson Clinton qui viendront nous contredire. Vous noterez le parfait équilibre entre les trois religions du Livre. Même motif, même punition : c’est le B A-BA de la justice.

Cette secrétaire, ou assistante commerciale, une Gisquette âgée sans doute de 28 ans, tyrannisée par son horloge biologique, cherchait à se reproduire avec un mâle, riche, beau et libre, comme le Prince charmant, et le Rabouilleur correspondait assez bien au cahier des charges. Après tout, pourquoi pas ? Il semblait alors que nous vivions en France dans un pays de liberté.
En vérité, je vous le dis, tout est dans le VERBE : semblait !

Cette vilaine Gisquette envoya comme drone de reconnaissance une de ses copines secrétaires pour s’enquérir de l’avis du Rabouilleur sur sa personne. Le résultat de l’enquête fut impitoyable car Gisquette était maquillée comme un camion volé, habillée comme une pute, et parlait haut et fort comme une harengère. En résumé, le Rabouilleur accouplé avec Gisquette : même pas en rêve !

La vilaine Gisquette décida néanmoins de persévérer  dans sa quête du Rabouilleur comme futur mari, et activa le complot des secrétaires, mobilisant pour sa déplorable cause ses homologues, assistantes des grands manitous, au nom de la solidarité féminine, cette abjection.  Résultat de cette intrigue : le Rabouilleur fut convoqué séance tenante chez un des grands chefs, accusé sans preuve aucune de dénigrement public de la dite Gisquette, et sommé de déjeuner avec l’abominable femelle, sur note de frais, dans le but d’amadouer cette intrigante courroucée. Le déjeuner avec Gisquette se passa fort courtoisement, mais Gisquette n’en fut pas plus avancée pour autant.
Car on ne force pas la main du Rabouilleur !

crayon-casse

Le rêve de Gisquette revu et corrigé par le Rabouilleur

 

Publicités

A propos Le Rabouilleur

Les affaires et les sciences : telles sont mes deux occupations. Devise : nous n'irons pas à Canossa ! ni à Chicago !
Cet article, publié dans psy, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s