Le loup, la chèvre et le chasseur.

blason de Bourges


Armoiries de la ville de Bourges

Fable berrichonne.

Un loup décimait les troupeaux de moutons du Berry. Les moutons étaient la principale ressource économique des Berrichons, habitants d’un terroir pauvre, et c’est pour cette raison que les moutons figurent sur les blasons de cette belle province.

Comme ce loup mettait en péril l’économie du terroir, les villageois se réunirent pour décider de la conduite à tenir.
Un vieux sage proposa aux villageois d’utiliser une bonne ruse qu’un de ses maitres, le pépé Sarastraud de Morogues, lui avait enseignée dans sa jeunesse.
Pour piéger le loup, il suffisait d’attacher une chèvre à un piquet. Quand le loup, par l’odeur de la chèvre alléché, se manifesterait, un chasseur embusqué lui tirerait le coup de fusil fatal, réglant ainsi le problème.
La ruse fonctionna à merveille, et le loup fut flingué très proprement et efficacement.

Très curieusement, cette vieille ruse est recyclée dans une infâme boite à partouzes, située à Reuilly (Indre), point de ralliement de tous les satanistes tarés et aliénés du Berry. Comme l’a remarqué  fort justement Casanova dans la république de Venise, quand les libertés politiques et économiques n’existent pas, la licence des mœurs constitue le seul simulacre de liberté.
Par contre, l’histoire finit différemment : le chasseur, après avoir flingué le loup, ressent une très forte poussée d’adrénaline et de testostérone.
Pour assouvir ses pulsions, il fait subir les derniers outrages à la chèvre, qui en ressort toute joyeuse, car elle était en pleine période d’ovulation, et totalement désinhibée par l’alcool et la pleine lune.

En règle générale, le lendemain, la chèvre ressent un fort sentiment de culpabilité et de honte, accompagné d’une pénible douleur au fondement, qu’elle tente, vainement, d’exorciser avec un psychothérapeute qui se trouve être désespéré, introverti, routinier, procédurier, stérile, natif du Capricorne, et d’un conformisme exaspérant. Mais, comme dans la série Yankee  X-Files, la Vérité est ailleurs !

Moralité :
Le Savoir est le Pouvoir, et l’Arbre de la Connaissance ne porte pas forcément de mauvais fruits. Par contre, le Savoir ne doit pas être divulgué sans discernement. Il ne faut JAMAIS donner de la confiture aux cochons, ni a fortiori aux cochonnes.

Voilà pour aujourd’hui notre leçon de théologie, sur le thème du péché originel !

Zeus - lanceur de foudre

La foudre est au gouvernail du monde-Héraclite

Post-scriptum :
Le Rabouilleur éprouve le sentiment gratifiant, mais nullement rémunérateur, d’être un premier de cordée.
Postérieurement à ce billet, le site Causeur livre à ses lecteurs et lectrices des cogitations fumeuses sur la Vénus du pauvre, Miss Camping, qui ne doit surtout pas ouvrir son clapet, sinon c’est la débandade assurée. Sois belle et tais-toi ! dirait un macho. On trouve également des billets sur les satanistes femelles, opportunément renommées libertines ou comédiennes porno, où de futures matriarches tentent de justifier leur vision biaisée du monde, conforme aux romans d’un certain Houellebecq, n-ième petit prophète malsain de l’Apocalypse.
Et il n’y a pas de spectacle plus divertissant et plaisant pour un bon Esprit que de voir une matriarche se planter dans les grandes largeurs !
Ainsi parlait Frédéric II de Hohenzollern ! (Électeur de Brandebourg, puis roi de Prusse)

Post-post-scriptum : la guerre des Trolls aura bien lieu.
Le Trueman Show insiste, persiste, et signe, en réagissant au précédent post-scriptum de deux manières, qui n’ont pas échappées à la sagacité de l’auteur.
La PQR (presse quotidienne régionale), aux mains des francs-maçons, publie des entretiens avec des Vénus du pauvre, ou pour être massonikement correct des Isis du pauvre, alias les Miss France, où ces pauvres femelles nous expliquent : je suis belle, mais j’ai aussi une cervelle ! Incroyable ! Invraisemblable ! Improbable !
Parallèlement, les media relayent à plaisir les élucubrations d’une obscure officine féministe, qui s’offusque des cartes postales montrant l’anatomie de petites putes narcissiques, du Cap d’Agde, d’Ibiza, de Brest, de Mehun-sur-Yèvre, ou de la dune du Pyla. Pathétique ! Grotesque ! Trollesque !
Surtout Commentez, Twittez, Likez, et ainsi faites-vous Fliker !
C’est le but du Jeu !
Vilain jeu, auquel le Rabouilleur ne se prêtera pas. Et c’est pour cette excellente raison, que vous ne trouverez pas sous les billets de liens vers Facebook, Google+, Instagram et Twitter, petits flics Yankees de toute la planète Terre.

Publicités

A propos Le Rabouilleur

Les affaires et les sciences : telles sont mes deux occupations. Devise : nous n'irons pas à Canossa ! ni à Chicago !
Cet article, publié dans Berry, littérature, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s