Le loup, la chèvre et le chasseur.

blason de Bourges


Armoiries de la ville de Bourges

Fable berrichonne.

Un loup décimait les troupeaux de moutons du Berry. Les moutons étaient la principale ressource économique des Berrichons, habitants d’un terroir pauvre, et c’est pour cette raison que les moutons figurent sur les blasons de cette belle province.

Comme ce loup mettait en péril l’économie du terroir, les villageois se réunirent pour décider de la conduite à tenir.
Un vieux sage proposa aux villageois d’utiliser une bonne ruse qu’un de ses maitres, le pépé Sarastraud de Morogues, lui avait enseignée dans sa jeunesse.
Pour piéger le loup, il suffisait d’attacher une chèvre à un piquet. Quand le loup, par l’odeur de la chèvre alléché, se manifesterait, un chasseur embusqué lui tirerait le coup de fusil fatal, réglant ainsi le problème.
La ruse fonctionna à merveille, et le loup fut flingué très proprement et efficacement.

Très curieusement, cette vieille ruse est recyclée dans une infâme boite à partouzes, située à Reuilly (Indre), point de ralliement de tous les satanistes tarés du Berry.
Par contre, l’histoire finit différemment : le chasseur, après avoir flingué le loup, ressent une très forte poussée d’adrénaline et de testostérone.
Pour assouvir ses pulsions, il fait subir les derniers outrages à la chèvre, qui en ressort toute joyeuse, car elle était en pleine période d’ovulation, et totalement désinhibée par l’alcool  (éthylique de formule CH3-CH2-OH), et par une atmosphère, disons … spéciale.

En règle générale, le lendemain, la chèvre ressent un très fort sentiment de culpabilité, qu’elle tente, vainement, d’exorciser avec un psychothérapeute qui se trouve être désespéré, routinier, procédurier et natif du Capricorne.

Moralité :
Le Savoir est le Pouvoir, et l’Arbre de la Connaissance ne porte pas forcément de mauvais fruits.

Voilà pour aujourd’hui notre leçon de théologie, sur le thème du péché originel !

Notice culturelle sur la médecine :
Un remède traditionnel efficace est souvent qualifié de remède de bonne femme. Il s’agit ici d’une erreur phonétique grossière. En fait, on parle d’un remède de bonne fame, au sens de fameux, qui jouit d’une bonne réputation. Si les femelles avaient jamais été capables d’inventer un remède, les poules auraient des dents.

Zeus - lanceur de foudre

La foudre est au gouvernail du monde-Héraclite

 

Publicités

A propos Le Rabouilleur

Les affaires et les sciences : telles sont mes deux occupations. Devise : nous n'irons pas à Canossa ! ni à Chicago !
Cet article, publié dans Berry, littérature, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s