Les Trois Pouvoirs

zeus

Statue grecque

Les Trois Pouvoirs

La théorie de Montesquieu sur les trois pouvoirs, exécutif, législatif et judiciaire, ne correspond pas totalement à la réalité de l’exercice de la politique. En effet, après examen, les trois vrais pouvoirs sont l’exécutif, le judiciaire et le magistère moral, soit les figures du flic, du juge et du prédicateur. Mais le Rabouilleur n’a aucunement envie d’élaborer un discours sur ce sujet, car cela lui rapporterait zéro rouble et zéro kopeck, comme toujours !
Pour de plus amples précisions, consultez l’article Jugeons les juges et son mot de la fin.

Vous pouvez également lire Le bucher des vanités du génial Tom Wolfe, titre inspiré par le prédicateur florentin Savonarole,  et méditer sur sa grandiose scène finale, où un prédicateur Afro-américain lance ses troupes contre un juge Juif, qui se trouve obligé d’opérer un repli stratégique devant la horde déchainée. Le film d’Hollywood, tiré du roman, a délibérément modifié la fin tragique du livre, et sombre dans une dégoutante et ignoble mièvrerie, très politiquement correcte.

Sur l’appropriation culturelle :
Le Rabouilleur s’est approprié avec beaucoup de PLAISIR, l’héritage d’Aristote et de Carl Friedrich Gauss, alors qu’il n’est ni Grec, ni Teuton, mais un fier Lorrain.
Honni soit, qui mal y pense !

Sur l’héritage de Montesquieu :
Montesquieu a repris le vieux thème romain du Paysan du Danube dans son roman épistolaire des Lettres Persanes, qui traite, ni plus ni moins, du fameux Choc des Civilisations, cher à Samuel Huntington. D’ignobles Yankees ont décalqué le roman de Montesquieu dans une copro-duction cinématographique, intitulée Borat, où la Perse est remplacée par le Kazakhstan, et Paris par New-York. Ce film est d’une insupportable vulgarité et grossièreté, bien conformes aux us et coutumes d’Outre-Atlantique, et loin, loin de la finesse de Montesquieu. Avec la vilaine histoire du crapuleux docteur Robert Gallo, pillant sans vergogne les travaux du Français Luc Montagnier dans la virologie du VIH, on le savait déjà que les Yankees sont d’infects et stériles plagiaires. Si vous êtes un littéraire, vous noterez le bel oxymore lié à la tension dialectique entre stérile et infect. Si vous êtes un complotiste, vous noterez que ce méprisable suppôt d’Hippocrate de Gallo a finalisé son cursus à Chicago, haut-lieu du satanisme.

Publicités

A propos Le Rabouilleur

Les affaires et les sciences : telles sont mes deux occupations. Devise : nous n'irons pas à Canossa ! ni à Chicago !
Cet article, publié dans politique, psy, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s