Le délire « culturel » Ricain

Les Ménagères désespérées passent à la moulinette

L’importation de biens de consommation matérielle nécessite le passage de cette marchandise dans un laboratoire pour vérifier l’innocuité du produit, et, employons un grand mot, sa loyauté.
Comme le marché français, en tant que partie intégrante du marché de la maudite Union Européenne, est ouvert à tous les vents, le passage au labo d’analyses relève en règle générale de la farce bureaucratique destinée à occuper les associations de consommateurs, et à leurrer, à peu de frais, l’homo œconomicus europeus, qui se croit ainsi défendu par les fameux Pouvoirs Publics alors qu’il n’en est rien dans la réalité : ah ! ah ! ah ! la bonne blague.
Appliquons maintenant cette farce bureaucratique à un produit immatériel, en lieu et place de la viande hachée venue d’on ne sait où, et faite on ne sait comment.

A titre d’exemple, le Rabouilleur va donc examiner dans son petit laboratoire d’idées un produit immatériel, à défaut d’être culturel, en provenance directe des U.S.A :
la série « Desperate Housewifes » qui a envahi nos écrans il y a plusieurs années.
Les Ménagères vont donc passer à la moulinette, et non à la casserole, et les résultats en sortie de moulinette ne manquent pas de sel.

1/Étiquetage :
Le titre original « Desperate Housewifes » se traduit en français par « Les Ménagères désespérées », mais bien sûr, il n’est pas traduit en Français. Donc défaut d’étiquetage et non-conformité flagrante avec la loi française dite loi Iznot-Allgood.

2/Analyse spectrale par résonance magnétique nucléaire :

  • 45 % de Madame Bovary (origine France non mentionnée sur l’étiquette).
  • 52 % d’égalitarisme forcené (origine Grèce contrôlée : la République de Platon).
  • 3 % d’impuretés qui nécessitent une analyse complémentaire

Remarque : le total fait bien 100%.
Le spectre d’analyse montre un Arlequin, composé pour une moitié d’idéalisme platonicien et, pour l’autre moitié de réalisme flaubertien.

3/Résidu à sec (par chauffage à 380°C)

On trouve les éléments suivants :

  • Lubricité : 33 %
  • Cupidité : 33 %
  • Vacuité : 33 %
  • Bizarre : 1%

Ces éléments sont conformes à la norme UE-Stupid-2005 qui interdit la politique et la religion, éléments trop complexes, clivants, et dangereux, et déconseille la culture.

4/L’emballage :

L’emballage est constitué de simulacres non recyclables :

  • simulacre de nature : des jardinets sans caractère.
  • simulacre de ville : une banlieue (la fameuse suburb).
  • simulacres de maisons : toutes identiques, sans cachet et bâties à la va-vite
  • simulacre de communauté : une allée dans un lotissement sans aspérité, sans particularités, vraisemblablement sans passé et certainement sans avenir (le célèbre No future).

Nota : le terme de simulacre se traduit assez bien par l’anglo-saxon fake.

5/Taux de matière grise :

Calculé sur les masses de produit frais, si l’on peut dire : 10 %

Le produit est très pauvre en matière grise, mais contient quand même 10% d’huile de cranes renormalisée : la renormalisation consiste, comme chacun sait, ou devrait savoir, à transformer l’anormal en normal. Les pédants diront que le pathologique est présenté comme physiologique. Comme chez Orwell, les normes sont inversées.
Certaines études scientifiques ont conclu à la nocivité à long terme des huiles renormalisées. Mais Super-Doc du Vieux-Port a démontré que ces études n’étaient qu’impostures, billevesées, et propagande obscurantiste des ennemis du Divin Progrès. Pour les curieux et les pervers, les études de Super-Doc sont consultables dans le magazine des 3 points:. de M. Homais.

6/Analyse gustative :

Sous-traitée à une spécialiste, notre consœur Karine du Chombier, attachée de presse, blogueuse et influenceuse, chercheuse en sciences dites sociales, psychanalyste lacanienne et astrologue (une seule et même personne):

Le produit présente une apparence d’égalitarisme, puisque toutes les personnes ont, peu ou prou, les mêmes conditions matérielles, sinon elles seraient éjectées de la résidence. Mais le goût en bouche est désagréable parce que certaines ménagères sont bien plus malheureuses que d’autres, ce qui est contraire au principe intangible de Justice Sociale. Ainsi, certaines ménagères sont bien plus belles et mieux habillées que les autres et, de plus, certaines ont des troubles de jouissance et pas les autres.
Alors je pose cette question, ou plutôt ce cri : Est-ce normal, docteur Karl Marx ?

7/Antichambre de l’ultime déchéance :

Analyse toujours en cours => le spectromètre de masse est tombé en panne !
Stupide machine ! La science est trahie par la technique, une fois de plus.
Dans ces conditions, impossible de déterminer avec précision le taux de sexe, de drogue, et de rock’n’roll

Conclusion du laboratoire d’idées (en globish think-tank) :

Ce feuilleton Ricain fait penser à la citation de Georges Bernanos :
On ne comprend absolument rien à la civilisation moderne si l’on n’admet pas tout d’abord qu’elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure.

Après analyse, le produit doit être déclaré comme impropre à la consommation humaine, voire carrément nocif à long terme. Ce qui pose la question subsidiaire :
les Ricains, gros consommateurs du produit, sont-ils des hommes ?
Dans un dialogue socratique bien-connu le docteur Watson et Sherlock Holmes ont répondu à cette question capitale :
– D’après vous, mon cher Holmes, les Ricains sont-ils des hommes ?
– Mon cher Watson, j’ai déjà étudié cette question dans « L’Affaire du Gros Rouge qui Tache » que je pourrais vous détailler. Mais les histoires des ménagères Yankees m’ont toujours fait bailler d’ennui. A la place, je vais plutôt vous raconter les aventures d’Anna Chapman, une espionne Russe, histoire bien plus intéressante, pour des raisons élémentaires. Suivez mon regard !

Anna Chapman

Mais ceci est une autre histoire …

A propos Le Rabouilleur

Les affaires et les sciences : telles sont mes deux occupations. Devise : nous n'irons pas à Canossa ! ni à Chicago !
Cet article a été publié dans littérature, psy. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Le délire « culturel » Ricain

  1. Pangloss dit :

    Excellent! Maintenant j’ai une opinion sur une série que je n’ai jamais vue.

  2. Turdus dit :

    Quelle performance, vous avez déjà fait l’effort de regarder, à moins que vous ne soyez rémunéré pour votre activité de « laboratoire »?

  3. Jacques Étienne dit :

    Je ne pourrais vous faire d’autre commentaire que celui de Pangloss, ne regardant jamais de séries américaines récentes (je revois avec plaisir de vieux Columbo et autres Magnum mais je m’en tiens là.)

  4. jakobfalaise dit :

    J’ai refait les calculs pour le point numéro 3
    Il faut lire »cupidité ;99,9999% »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s