Trafic d’influence

Messager

Ernest Hébété, critique littéraire très influent à Saint-Germain-des-Prés et dans sa proche banlieue, rend visite à Zaza, diseuse parisienne de bonne aventure, auteur de livres de voyance et sociologue par protection.

  • Bonjour, mon petit bonhomme ! Comment vas-tu ?
  • Le mental reste fort, mais le physique tend à s’affaiblir. Allons droit au but : pourquoi m’as tu convoqué ?
  • Je vais avoir besoin de ta complicité.
  • Active ou passive ?
  • Active, bien sûr !
  • Pour quelque mauvais coup, sans doute ?
  • Je n’aime que les bons coups, et je fuis les mauvais. J’ai besoin de toi pour assurer la promotion de mon nouveau livre de prédictions qui va sortir. Nostradamus avec ses Centuries ne sera bientôt plus qu’un petit rigolo, comparé à la nouvelle Cassandre : moi-même !
  • No problemo ! Aucun souci ! Combien je touche ?
  • Ouh la la ! Tout de suite, les mots qui fâchent ! Ce n’est pas une manière de parler aux dames, espèce de mal élevé !
  • Je te rappelle que mon influence a un prix, car elle a un coût. Je suis obligé d’entretenir une brigade de groupies et de trolls, qui chantent mes louanges sur les réseaux asociaux, sur les forums de la Toile, et aussi dans les commentaires des pages culturelles de tous les quotidiens et magazines pour ménagères en recherche de figures charimastiques. Donc, j’entends bien équilibrer mon budget, et ce n’est pas ton boniment qui va me le permettre.
  • Tu me déçois beaucoup, mon pauvre Ernest. J’espérais parler avec un esprit puissant, et je discute avec un petit comptable. Encore un espoir déçu !
  • Décidément, il n’est de pire sourde que celle qui ne veut rien entendre ! Tu as des oreilles, et pourtant tu ne m’entends pas, donc je répète ma question : combien je touche ?
  • D’après ton horoscope, Mars, la planète de la force est dans le trigone de Jupiter, la planète du pèze et de la chance, donc tu devrais palper un maximum. Fais-moi confiance !
  • J’ai l’impression très irritante que tu me confonds avec un de tes pigeons ! Si tu t’obstines dans cette attitude, c’est toi qui va perdre des plumes, car je peux aussi descendre en flammes tes nouvelles Centuries dans les gazettes. Abracadabra ! Et Cassandre deviendra Icare ! Rien de plus simple : ma fidèle et dévouée assistante, Anna Faure, se fera un malin plaisir de dresser la liste de toutes tes prédictions passées et erronées, et elles sont légions. Moi aussi, je connais l’astrologie, et le profil des natifs du Capricorne comme toi. Ce sont gens butés, bornés, stériles et sournois, qui se pilotent par l’arrière à grands coups de bâton, tant leur fatuité les rend imperméables à toute logique. Mais, je viens de lire un autre horoscope de ce jour disant que les affaires sont les affaires. Bon horoscope ne saurait mentir, puisque c’est toujours une tautologie.
  • En plus, tu insultes ma profession ! Si tu ne respectes pas la femme, respecte au moins la prêtresse !
  • Parce que tu es prêtresse maintenant ? Grande et bonne nouvelle ! J’imagine que tu joues la Veuve inconsolable et insatiable dans les orgies organisées par la loge de l’Embrouille humaniste. A d’autres, mais pas à moi ! Je faisais déjà des embrouilles et de la chimie amusante avec du protoxyde d’azote quand tu n’étais même pas réglée. Il faut arrêter la fumette, Zaza ! Et le gazon maudit, dans la foulée ! Le sexe, la drogue et la chansonnette : à 20 ans, c’est normal, à ton age avancé, c’est méprisable et grotesque. En plus, tu es accro au dernier degré. Le sevrage s’impose. Reste à trouver un guérisseur, et c’est pas gagné à Paris, capitale de l’imposture et du charlatanisme.
  • Tes paroles sont odieuses, Ernest. Tu es un être odieux. Je te demande de t’arrêter !
  • Je ne t’ai pas livré le message le plus important de la part des puissances infernales qui te surveillent dans l’ombre, sans que tu le saches : tu es sur la pente fatale qui fera de toi une nouvelle marquise de Merteuil. Dieu seul sait ce qu’il adviendra de ton petit chevalier Danceny, que tu ménes par le bout de la queue. Hadès te transmet son ultime avertissement par mon entremise : reprends-toi avant qu’il ne soit trop tard ! Il n’y aura pas d’autre avertissement avant ta destruction finale et totale. Une femme avertie en vaut deux !
  • Tu me racontes des horreurs, Ernest. Comme ton message est bien trop déplaisant, je vais m’attaquer au messager !
  • Grossière erreur ! Faute de goût ! Péché impardonnable ! Crime contre l’esprit ! L’attaque ad hominem ne fonctionne qu’à court terme. Si la nouvelle est bonne, même sous une apparence désagréable, elle survivra au messager. Il existe un précédent célèbre et ancien, mais la mafia corrompue de tes docteurs de la Sorbonne a juste omis de t’en parler. Comme c’est dommage !

Notice légale :
Toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes, ou ayant existé, ne peut que résulter d’un effet du hasard, ou d’une pure coincidence.

Les 2 serpents, poisons physique et mental, et le bâton; emblème de la Force.

A propos Le Rabouilleur

J'aime les belles femmes et le bon vin, mais dans la modération.
Cet article a été publié dans littérature, psy. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s