Diner de cons

Gilgamesh, celui qui a tout vu
Gilgamesh, celui qui a tout vu

Le 10 août 1503, César Borgia et son père, le pape Alexandre VI, assistent ensemble à un banquet chez Adriano di Castello, cardinal tout juste nommé.
De nombreux invités ressentent de violentes douleurs.
Alexandre VI meurt huit jours plus tard.
Avant que sa mort ne soit révélée publiquement, César, malade lui aussi, envoie Don Michelotto piller les caisses papales afin d’être en mesure de vaincre la Toscane, mais sa mauvaise condition l’empêche de faire pression sur le conclave pour désigner un pape à sa botte.
Dès l’annonce de la mort d’Alexandre VI, la Romagne se révolte.

Machiavel, ce petit bureaucrate de Florence, n’a trouvé aucune explication rationnelle à ce funeste coup du sort qui mit à terre son héros, un homme d’actions, bonnes ou mauvaises, dont la violence le fascinait.
Reste alors la sorcellerie comme explication !
Pourquoi pas ?

Le Rabouilleur a été par deux fois le con d’un diner de con, toujours organisé par des putes à gros seins. Le diner de con se passe en deux parties, la première exotérique où le con est une attraction par ses agréables discours spirituels, la seconde ésotérique sans le con, que la pute vicieuse empoisonne avec du laxatif dans un verre de sangria pour qu’il dégage et laisse les pulsions bestiales des corps se déployer dans une orgie. Bref, le dualisme de Platon dans toute sa grande niaiserie ! Il n’y aura pas de troisième fois, car toutes ces putes maudites vont dégager dans la Grande Pandémie, qui ne saurait tarder. Dans le monde d’après le Déluge, il y a peu de places, et aucune pour les espionnes à gros seins de la DRM, la direction du renseignement militaire, généralement des borderlines totalement incurables, excessivement toxiques, vulgaires, creuses, sado-maschistes, échangistes, alcooliques et suicidaires, ni pour leur descendance bien tarée.
Dura lex, sed lex.

A genoux devant ton Maitre, salope !

Le Rabouilleur est un homme d’action qui ne fait RIEN, hormis cultiver des paradoxes dans un jardin secret. Du paradoxe, surgit souvent, mais pas toujours, une bonne surprise.

A propos Le Rabouilleur

J'aime les belles femmes et le bon vin, mais dans la modération.
Cet article a été publié dans politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.